Accueil
 
 
 
 

Equateur: le PCF condamne la conduite de Conesel/Claro

Pedro Paez, qui dirige la Surintendance pour le contrôle du pouvoir du marché (SCPM) de l’Équateur, est la cible de la transnationale Claro. Il est attaqué devant la justice équatorienne par Conesel, filiale de cette transnationale propriété de l'un des hommes les plus riches au monde, Carlos Slim, pour le simple fait d'avoir voulu faire la clarté lors d'une émission de télévision à propos d'un conflit qui oppose Conesel et la SCPM.

Conesel a été sanctionnée par la SCPM à deux reprises: d'abord avec une amende de 138 millions de dollars pour avoir commis une infraction à la Loi organique de régulation du marché et ensuite une deuxième avec une amende de 82 millions de dollars pour ne pas avoir mis en œuvre les injonctions de la SCPM l'invitant à cesser ses pratiques qui lui avaient permis de monopoliser 70% du marché de la téléphonie mobile.

Claro a déjà été sanctionné dans d'autres pays de l'Amérique latine pour les mêmes pratiques. Cette fois, en s'attaquant à Pedro Paez, connu pour ses compétences tant en Equateur qu'au niveau international, la transnationale de Carlos Slim veut montrer son pouvoir face à un gouvernement progressiste et imposer sa loi.

Il est temps de créer des mécanismes et instances au niveau international qui obligent les transnationales à respecter les droits des personnes et des peuples comme l'a proposé le gouvernement de l’Équateur auprès du Comité des droits de l'Homme de l'ONU.

Le Parti communiste français condamne la conduite de Conesel/Claro et apporte tout son soutien au Directeur de la SCPM Pedro Paez.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.