Accueil
 
 
 
 

Istanbul: une politique de soutien aux djihadistes qui se retourne contre Erdogan

Un attentat sanglant a de nouveau frappé Istanbul le 31 décembre 2016. Il a brisé la vie de 39 jeunes de toutes nationalités venus fêter le nouvel an dans une discothèque. On dénombre 65 blessés.

Le PCF exprime toutes ses condoléances aux familles des victimes et son soutien aux blessés.

Les connivences et l’appui du président R.T. Erdogan aux groupes djihadistes depuis le début du conflit syrien ont contribué à l'importer sur le territoire turc. Cette politique se retourne contre lui, notamment après les accords entre la Russie, l’Iran et la Turquie puisque l’organisation de l'Etat islamique revendique aujourd'hui cet attentat.

Cet acte terroriste frappe une jeunesse qui entendait braver les menaces obscurantistes. Dans les jours qui l'ont précédé, la Turquie a connu une campagne médiatique orchestrée par les militants et partisans de l’AKP, parti du président Erdogan, dénonçant la participation des citoyens turcs aux fêtes de fin d’année. Rien n’a été épargné à la population: distribution de tracts, mises en scène macabres, agressivité médiatique et prêches dans les mosquées.

Ainsi, à nouveau, R.T. Erdogan a armé le bras des assassins. Par sa politique comme ses déclarations, il persiste à encourager ceux qui sèment la haine et l’intolérance alors que les démocrates et les Kurdes font l’objet d’une répression sans précédent.

Personne n’est dupe.

Le PCF exprime sa solidarité avec les démocrates et progressistes des peuples de Turquie et plus particulièrement avec le HDP (Parti des peuples de Turquie). Le PCF appelle le gouvernement français et l’Union européenne à cesser toute duplicité avec le pouvoir belliciste et liberticide d'Erdogan.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.