Accueil
 
 
 
 

Ukraine: Stop la guerre, stop le fascisme (PGE)

Nous appelons toutes les tenants du conflit a stopper les operations armees et a eviter l’escalade. Nous refusons la repression par les forces militaires et les milices armees. Seules des negociations et les moyens democratiques, par exemple le referendum, peuvent resoudre ce conflit.

Nous considerons comme principaux responsables de la crise l‘attitute imperialiste a l‘egard de ce pays, de la part de toutes les grandes puissances impliquees: les deplacements deliberement provoquants et belliqueux des USA, de l‘OTAN et de l‘UE, ainsi que le chemin agressif pris par la Russie. Cette situation, a notre porte, devient tres dangereuse, avec des reminiscences de la Guerre froide et meme de l’eclatement de la premiere Guerre mondiale en 1914.

Nous refusons toute repression antidemocratique contre le Parti communiste d’Ukraine, la gauche et les forces politiques democratiques.

Nous demandons la liberte des prosonniers politiques et des personnes prises en otage. Nous demandons une enquete internationale impartiale sur les fusillades Place Maidan, le massacre d’Odessa et tous les crimes de guerre commis pendant le conflit.  

Nous condamnons la presence de forces fascistes comme Svoboda et Pravi Sektor dans le gouvernement et l’appareil d’Etat, et la presence de forces d’extreme droite dans les republiques autoproclamees du Donetsk et Lugansk.

Nous rejetons les mesures d’austerite imposee en Ukraine par l’UE et le FMI et nous nous battons pour le droit du peuple ukrainien a disposer des ressources de leur pays et leur droit a la protection sociale. Nous refusons la presence de forces etrangeres sur le sol de l’Ukraine.

Parti de la gauche europeenne

01/07/2014

----------------------------------

Ukraine: No more war, no more fascism

We call on all parties to the conflict to stop armed operations and to avoid further escalation of the situation. We are against repression by the military forces and armed militias. The conflict has to be solved by negotiations and political democratic means, as e.g referenda.We consider as the main factors in the Ukraine crisis the imperial atttitude towards the country, as shown by all major powers involved: the deliberately provocative and bellicose moves by USA, NATO and EU as well as the aggressive steps taken by Russia. This leads to a dangerous situation at our doorsteps,  with reminiscence to the Cold War and even to the WWI outbreak in 1914.
We are against undemocratic represssion of communist party, left wing, and other democratic political forces.
We demand the release of all political prisoners and people taken hostage.  We demand an impartial international investigation of the Maidan shooting, Odessa masacre, and of all other war crimes committed during the conflict
We condemn the presence of fascict forces like Svoboda and Pravi Sektor in the government and state apparatus, and the presence of far-right forces in the self-proclaimed republics of Donetsk and Lugansk.
We are strongly against the austerity measures imposed on Ukraine by the EU and IMF, and we support the right of Ukrainian people to control the resources of their own country and their rights for social protection. We are against the presence of any foreign forces on the soil of Ukraine.

Party of the European left

07/01/2014

Il y a actuellement 5 réactions

  • Et le PC Ukrainien ?

    Il y a un texte de Petro Simonenko sur le site du PC ukrainien qui mérite d'être traduit, le PCF s'honorerait en donnant accès à cette analyse à ses adhérents : http://www.kpu.ua/ru/78094/petr_symonenko_kak_otsenyt_sytuatsyju_v_ukrayne. Je vous livre une traduction approximative à défaut: 06/08/2014

    Le pays est au bord du gouffre. Et si l’Ukraine continue selon le vœu de l’Occident et des États-Unis sa trajectoire de transformation en état périphérique, servant les intérêts des sociétés transnationales, si elle continue sa trajectoire de guerre, où une guerre civile risque de se transformer en conflit entre Etats, nous allons nous retrouver face à une menace réelle de destruction de l’intégrité territoriale, la perte de l’indépendance.

    Les oligarques qui ont pris le pouvoir après le coup d’Etat sur le Maidan en février, et leurs complices nationalistes, cherchant à justifier leurs crimes sanglants dans les régions d’Odessa, Marioupol, Donetsk et de Lougansk, prétendent assister aujourd’hui à la naissance d’une nouvelle nation unie.

    C’est un mensonge flagrant. Lorsque un Ukrainien tue un autre Ukrainien, lorsque sont massacrés vieillards, femmes, enfants, lorsque les villages sont rasés, les fabriques et les usines, les écoles, les hôpitaux, les crèches, les infrastructures des grandes villes des régions de Donetsk et de Lougansk sont détruits, lorsque des centaines de milliers de citoyens de l’Ukraine à la recherche de paix laissent leurs maisons et deviennent des réfugiés, parler d’une nation unie est un blasphème!

    Le régime national-fasciste mène une guerre de l’information, dont le but est de justifier les crimes contre son propre peuple par une lutte contre les séparatistes et les terroristes.

    Pour l’amour de la vérité et dans l’espoir d’arrêter cette guerre fratricide, je tiens à réitérer que les protestations dans le Donbass ont commencé avec les exigences du maintien de la langue russe comme langue officielle, la nécessité de décentraliser le pouvoir et renforcer les pouvoirs des collectivités locales, la possibilité de référendums locaux. Les résidents des régions de Donetsk et de Lougansk sont opposés à la destruction des monuments et des obélisques aux héros de la Grande Guerre patriotique, contre la distorsion de l’histoire.

    Ils n’ont pas voulu les entendre ni les écouter et ont déclaré la guerre à leur propre peuple.

    On assiste à une chute extrêmement dangereuse de la production, à la montée de l’inflation, des prix et des tarifs, au gel des salaires des employés, à la réduction des coûts pour les programmes de soutien aux retraités, aux femmes, aux jeunes, à la lutte ouverte contre les dissidents et la censure violente dans les médias. La signature d’un accord désastreux d’association avec l’UE, d’un protocole esclavagiste avec le FMI, la perte du marché en Russie et la situation catastrophique avec le gaz (manque d’approvisionnement par la Russie) conduira inévitablement à une hausse du chômage, une baisse du niveau de vie et une montée de la tension sociale.

    En 2014, comme en 2004-2005, est venu au pouvoir en Ukraine le même groupe d’oligarques, complètement dépendants et exécutant tous les ordres des USA et de l’Europe. Le danger de leur maintien au pouvoir est renforcé par le fait qu’ils ont pris pour complices l’organisation pro-fasciste "Svoboda" et d’autres courants nationalistes d’extrême-droite. L’arrivée au pouvoir des milliardaires, tant dans l’Administration présidentielle qu’à la direction des régions (à Donetsk – Tarouta, à Dnipropetrovsk – Kolomoysky), la création d’armées de mercenaires privés montrent la division réelle du territoire de l’Ukraine en principautés oligarchiques (féodales).

    La guerre continue dans l’intérêt des États-Unis – à savoir le nettoyage des zones pour assurer l’extraction du gaz de schiste.

    Cette guerre est une lutte des oligarques pour la redistribution des richesses, et ceux qui sont arrivés au pouvoir à Kiev s’efforcent par la guerre de détruire les fabriques et les usines dans la plus grande région économique de l’Ukraine, ce qui rend impossible pour les oligarques du Donbass d’augmenter leurs richesses. Et cela signifie des centaines de milliers de chômeurs.

    Cette guerre – c’est la destruction physique des citoyens de l’Ukraine qui se sont permis de revendiquer le droit à la vérité de l’histoire, de parler leur langue, de demander l’utilisation de l’argent gagné pour le développement de leurs régions, et non pas pour nourrir les fonctionnaires de Kiev qui piochent dans le budget pour se remplir les poches.

    Cette folie doit cesser!

    Quelle est la cause et qui est le principal responsable de ce qui se passe?

    Il est évident que ceux qui toutes ces années ont intimidé les citoyens ukrainiens par des mensonges sur le passé soviétique, sur les pages tragiques de notre histoire, ont fait cela pour détruire les principes de justice sociale, le système du pouvoir populaire, et pour pouvoir s’enrichir par la dure exploitation des autres, le chômage, la hausse des prix et des tarifs, le faible niveau des salaires et des pensions. La raison de ce qui se passe est dans le système politique, qui est le gardien des intérêts du capital et des oligarques. La raison est la privatisation illégale des biens publics, qui a conduit à une énorme stratification sociale entre une poignée de riches et les pauvres. La plupart en travaillant s’appauvrissent, et plusieurs centaines de tyrans deviennent riches. Beaucoup de gens ne remarquent pas comment dans un flux dense d’événements tragiques sont relégués au second plan les problèmes clés et les maladies de notre société : la corruption, l’oligarchie, la profonde stratification sociale, la collusion entre les fonctionnaires et les criminels, le mépris pour les droits des personnes. Les conversations à ce sujet sont de plus en plus pour la forme. Les vraies solutions sont reportées pour "après", pour "après la victoire." Seulement une victoire sur qui?

    Les participants aux Maidan et ceux qui l’ont utilisé à leurs propres fins font valoir qu’il s’agissait d’une révolte contre un régime criminel. Cependant, comment à la fin se fait-il que des citoyens ukrainiens tirent maintenant sur d’autres citoyens ukrainiens? Et ceux qui faisaient partie de ce régime se sentent bien dans les "nouvelles conditions"? Comment se fait-il que l’indignation face à l’indifférence des autorités à l’opinion publique a donné lieu au refus d’entendre nos concitoyens, qui ont une opinion différente? Et comment se fait-il que, dans le sillage d’un sentiment anti-oligarchique, à nouveau les oligarques se retrouvent au pouvoir? Pas moins cyniques ni cupides.

    Comment se fait-il que les gens de l’Ukraine, qui ont apporté une grande contribution à la Grande Victoire du peuple soviétique sur le fascisme, aient porté au pouvoir un régime national fasciste? Le régime instauré après le coup d’état sur la Place de l’indépendance a provoqué une confrontation civile et la société a basculé dans la guerre civile. Bien que, en fait, les raisons d’un conflit au sein de la société n’existaient pas.

    Dans leurs demandes, les travailleurs ukrainiens dans l’Est et l’Ouest, le Sud et le Nord, le Centre et les régions, sur les Maidan et anti-maidans exigeaient des solutions à des questions similaires : surmonter les inégalités sociales, assurer une répartition équitable de la richesse sociale, briser la toute-puissance des oligarques et mettre fin à la corruption. Les citoyens ukrainiens veulent améliorer l’efficience et la responsabilisation du gouvernement.

    Mais tout cela a fini par des conflits internes, suivant la technologie du grand capital. Avec son aide, le mécontentement social de la société dans son ensemble a été détourné dans le canal de la haine mutuelle. Malheureusement, cette technique a marché. Et cela va fonctionner aussi longtemps que nous ignorerons l’intention criminelle des oligarques.

    Est-il un espoir pour une résolution rapide du conflit?

    Dans la logique imposée par le capital – aucun. En effet, dans les relations entre le pouvoir, qui protège les intérêts du capital, et les gens ordinaires, entre les nouveaux maîtres, qui sont devenus oligarques, et les travailleurs, rien n’a changé. La classe des propriétaires s’est rendu compte depuis longtemps qu’elle a besoin du pouvoir comme une garantie de la poursuite de son enrichissement, et les travailleurs persistent dans un état d’illusion que leurs exploiteurs propriétaires sont jour et nuit à réfléchir à la façon de faire le bien pour eux, et votent pour les oligarques, se condamnant ainsi à la pauvreté.

    Certains représentants de l’ancien régime oligarchique, après le coup d’Etat sur le Maidan, s’enfuirent, et l’opposition oligarchique arrivée au pouvoir a pris pour alliés les nationalistes – néo-fascistes, ainsi qu’une partie importante des partisans de M. Ianoukovitch, puis a continué à faire ce que faisaient leurs prédécesseurs au pouvoir. Le «népotisme», la corruption continuent de prospérer. Les fonctionnaires et les grandes entreprises volent même en temps de guerre. L’Ukraine traverse un stade d’oligarchisme militaire, lorsque les oligarques ne se cachent plus derrière des sbires, et occupent directement les hautes fonctions publiques. Et renforcent leur régime non seulement par des ressources administratives, et la violence directe, en s’appuyant sur les armées mercenaires privées.

    Pour la première fois dans l’histoire de son indépendance, l’Ukraine a un président oligarque. Pour la première fois les oligarques ont formé des unités militaires, qui refusent d’obéir aux lois de l’Ukraine. Au sein de l’Ukraine se sont formées des "principautés" oligarchiques et les nouveaux magnats se battent pour leur contrôle par l’entremise du peuple ukrainien.

    Et pour que ce fait ne saute pas aux yeux, on a vendu à la société ce conte sur l’intégration européenne sous forme d’une association avec l’UE, mais sans adhésion à l’UE, qui explique et excuse tout – et les mesures antisociales, et l’exploitation accrue, et le pillage du pays.

    Les gens se laissent une fois de plus berner. Et c’est la raison principale pour les événements d’aujourd’hui, et encore plus – c’est la raison de la catastrophe nationale qui approche. Tant que la société ukrainienne ne se débarrassera pas de la bride oligarchique, le développement sera impossible. L’Ukraine sera constamment frappée par les échecs économiques, les crises politiques et les conflits civils.

    Par Ivan, le 14 August 2014 à 10:39.

  • Fascisme ou patriotisme ?

    Ce n'est pas du fascisme, c'est du patriotisme.

    Imaginez si l'Allemagne employait exactement les mêmes méthodes que la Russie en essayant de récupérer l'Alsace.

    Que ferait la France ? Que voulez-vous négocier si sa volonté est vraiment de récupérer l'Alsace ?

    Eh bien voilà où en est l'Ukraine !

    Réveillez-vous au PCF ! S'il vous plaît, vous êtes vraiment à côté de la plaque...

    Je représente pas grand chose mais en tout cas vous perdez un adhérent car j'ai envoyé aujourd'hui même un courrier de démission du parti.

    Par Bogatyr, le 15 juillet 2014 à 20:24.

  • Ce conflit

    Vous êtes tous à côté de la plaque.

    Ce n'est pas un pouvoir fasciste en Ukraine. Il y a un président élu, Petro Porochenko, qui doit faire face à des rebelles, voire des mafieux, foutre la merde dans le Donbass, aidés en sous main par la Russie de Poutine et financés par quelques oligarques et communistes.

    Ces rebelles s'en prennent même à la population civile, on ne compte plus les enlèvements, tortures et pressions de toute sorte (voire même utilisés comme boucliers humains comme ils le font au Hamas).

    La population du donbass est bombardée par les média russes de désinformations délirentes et propres à discréditer le gouvernement de Kiev. Des mensonges gros comme une montagns et dignes des méthodes de l'époque soviétique.

    Porochenko est dans son droit et son rôle de remettre de l'ordre dans cette région. Son plan de paix était très bon avec un couloir de sécurité et l'amnistie pour les rebelles, donner plus d'autonomie aux régions de l'est et protéger la langue russe (c'était en 14 points).

    Les rebelles continuent leur lutte mafieuse.

    Le pouvoir de Kiev a raison d'attaquer pour les éradiquer car aucune négociation n'est possible avec eux.

    Quant aux référendum du Donbass et en Crimée, ils étaient bidons, manipulés, truqués, pas libres comme aux bons vieux temps soviétiques.

    Slava Ukraini !

    Bohatyr, un communiste d'origine ukrainienne qui s'éloigne du parti en voyant comme le parti traite l'Ukraine.

    Par Bogatyr, le 15 juillet 2014 à 13:07.

  • appel à toutes les bonnes âmes?

    Comme ANDRES, je trouve cette déclaration consternante et tellement loin de la réalité, coupable de tromper le lecteur en parlant de « la présence de forces d’extrême droite dans les républiques autoproclamées du Donetsk et Lugansk. ». C’est qui ces forces : les locaux ou bien les milices organisées ???? Pas un mot sur les bombardements des populations : à la roquette tirée depuis les avions de chasse ou hélicoptère, au phosphore blanc, aux bombes à fragmentation…. Il n’y a que deux partis d’extrême droite ? Que dire du parti radical de Lyashko ? à coté de ceux là Le Pen est un gamin, un enfant de cœur. Je n’ai pas été habitué à ça par le parti communiste. Avec un tel discours, les républicains espagnol de 36 seraient mis dos à dos avec les franquistes. Un seul conseil : informez-vous : http://www.les-crises.fr/le-gouvernement-fasciste-de-kiev-que-nous-soute... http://www.les-crises.fr/resultats-election-presidentielle-ukrainienne/ Cordialement

    Par Joséa, le 03 juillet 2014 à 18:51.

  • Guerre en Ukraine

    Est-ce aussi la déclaration du PCF ? Elle s'est faite attendre ! Mais c'est décevant. Bien que des choses attendues y soient exprimées comme les responsabilités de l'impérialisme, la répression du pouvoir, la présence de fascistes, la politique d'austérité due à l'UE, il semble rédigé à la hâte, avec une connaissance superficielle et avec parti-pris. Il est faible, mou, bisounours, pas à la hauteur des exigences. Il est absurde d' "appeler" à ... surtout quand délibérément le pouvoir a décidé d'attaquer.

    Il est absurde d' "appeler" ... surtout quand délibérément le pouvoir a décidé d'attaquer. Appeler en outre tous les tenants, c'est stupide : c'est mettre dans le même sac agresseurs et agressés. Les résistants ne font que Résister. Quand ils sont agressés ils se défendent. Faut-il que les résistants arrêtent de se défendre et se laissent massacrer ? Eviter l'escalade ... Qui fait l'escalade ? Pitoyable. "Refuser" la répression (militaire ou politique) ou l'implication de "forces étrangères", ils s'en foutent. Est-ce que Israël, le gvt du Honduras ou les USA à Guantanamo s'inquiètent de vos "refus" ? La seule chose à faire c'est DÉNONCER l'agresseur naziphile de Kiev. Quand c'est écrit "les milices armées" on se demande de qui il s'agit au juste : encore une façon de mettre tout le monde dans le même sac ? Pourquoi ne pas être précis et désigner, nommer ces "milices" ? Seules les négociations ... Pauvres : s'ils avaient voulu, il y en aurait eu : le gouvernement fantoche n'a voulu qu'une rencontre qui a donné lieu à des "échanges", à Donetsk. Leur projet n'est pas de négocier, mais d'imposer par les bombes. Et c'est ce que leur exigent les USA. (Ordres exprimés par Victoria Nuland). Quant au Référendum, on dirait que l'auteur ignore qu'il y en a eu déjà et que le peuple du Donbass s'est exprimé massivement, comme en Crimée. Ou bien veut il dire qu'il en faut de nouveau, parce que le premier n'a pas donné un résultat "satisfaisant" ? Dénoncer comme responsables de la crise tout le monde y compris la Russie qui aurait soi-disant pris un chemin "agressif" , c'est indécent. Mettre la Russie sur le même plan que les impérialistes ne correspond à aucune réalité et montre soit une ignorance de la situation soit un parti pris anti-russe. Merci de la part de Poroshenko. Parler de Guerre Froide est comique, puisqu'il ne s'agit plus de cela mais de guerre tout court. Quant aux enquêtes sur les crimes, heureusement qu'on n'a pas attendu cette demande. Les faits à Maïdan ont eu lieu il y a 4 mois !! et ont été élucidés depuis. C'est pareil pour Odessa. Ou bien c'est qu'il y aurait encore des doutes sur la nature du pouvoir fasciste ? C'est insultant, profondément blessant pour les victimes, les morts. A quoi sert de condamner la présence de nazis au pouvoir ? Ça va les émouvoir ? On peut, oui, ALERTER sur ce fait. C'est tout. Concernant les Républiques du Donbass, la mention de forces d'extrême droite manque de clarté : pourquoi ne pas les nommer ? La mention vague et globalisante de la présence de "forces étrangères" sur le sol ukrainien conduit de nouveau à mettre tout les monde - agresseurs et victimes- dans le même sac, et pire, à donner des arguments aux fascistes au pouvoir qui, occultant le fait que dès le départ ils ont supplié les pays de l'OTAN d'intervenir et que des armées de mercenaires s'y sont installées (blackwater), ils prétendent que les guerre a été initiée de l'extérieur. En ce qui concerne l'UE, comment le PGE rejette les mesures d'austérité qu'elle impose ? On ne peut que les DENONCER. Et comment le PGE se "bat"-il pour le peuple uklrainien, si on ne le voit même pas dans les rues ?

    Par andres, le 01 juillet 2014 à 16:54.