Accueil
 
 
 
 

Thailande : Que se passe-t-il ?

La crise politique s'exacerbe depuis 2006 en un affrontement « Rouges  / Jaunes » qui recouvre une crise sociale d'ampleur où se trouve mise en cause la domination de l'establishment, réunissant sous le terme thaï d' « amrtaya », tous les tenants du système royal établi depuis longtemps – la famille royale et les familles princières, les hauts cadres de l'administration, de la magistrature, de l'armée –  qui se sont répartis l'ensemble de la richesse du pays et le pouvoir conséquent sur l'immense majorité de la population – les couches moyennes urbaines et les masses défavorisées ouvrières et paysannes  ou « thaï phrai » –  la laissant dans une situation de sujétion qui est devenue insupportable aux yeux de grand nombre d'entre eux.

Dans un jeu complexe d'intérêts économiques et sociaux divergents (l'ampleur des inégalités)  et d'enjeux idéologiques (maintien du consensus social autour de la royauté versus démocratisation, développement social et partage nouveau), la crise politique s'est poursuivie et est entrée dans une phase critique avec la succession prochaine du roi de la dynastie Chakry Rama IX (Bhumibol Adulyadej, né le 5 décembre 1927, couronné en 1950 sous le nom dynastique de Rama IX), la Thaïlande étant une monarchie constitutionnelle depuis 1932.

Cette crise semble se jouer autour du charismatique de Thaksin Shinawatra mais, au-delà de sa personne, de son comportement et de son enrichissement personnel (c'est un entrepreneur), ce que les « Chemises Rouges » revendiquent, dans le cadre d'un mouvement (et non d'un parti structuré) réunissant des sensibilités et des analyses différentes au sein du Front Uni pour la Démocratie contre la Dictature (FUDD), c'est la mise en œuvre de six grands axes de réforme/comportement politique : assurer la démocratie et la souveraineté du peuple, unir tous ses réseaux contre l'élite et l'aristocratie, s'en tenir à la non violence, assurer le développement économique et social, fonder un véritable État de droit, éliminer la politique « deux poids, deux mesures » et établir l’égalité en droit des citoyens, abolir la constitution de 2007 (promulgué dans la foulée du coup d'État militaire de 2006) et revenir à la constitution de 1997.

Pierre Marcie,
Secteur international du PCF
2 décembre 2013

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.