Accueil
 
 
 
 

Libye: Encourager tous les efforts en faveur d'une paix durable

La conférence de Berlin, sur la situation libyenne, a réuni onze Etats et quatre organisations internationales (ONU, Union européenne, Ligue arabe et Union africaine). Si elle constitue un premier pas positif, elle ne doit pas occulter les immenses incertitudes qui planent sur la déclaration commune.

Face à la violence des affrontements, à l'internationalisation du conflit et aux menaces de voir la Libye se transformer en nouvelle Syrie, des voeux ont été adoptés pour mettre un terme aux ingérences, respecter l'embargo sur les armes et consolider la trêve entre le maréchal Haftar soutenu par la Russie, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Egypte ainsi que la France, et le gouvernement de Fayez_al_Sarraj, proche des Frères musulmans, épaulé par une kyrielle de milices, ainsi que la Turquie et le Qatar.

Depuis la guerre de 2011, conduite par la France et le Royaume-Uni, avec le soutien des Etats-Unis et sous les auspices de l'OTAN, la Libye connaît une interminable guerre civile se traduisant par un épouvantable drame humain, une fragmentation du pays et l'émergence de forces terroristes. Le retrait des Etats-Unis et l'impuissance européenne ont permis à d'autres acteurs d'exacerber les rivalités. La Russie, avec près de 2500 combattants, entend marquer son retour dans cet Etat riche en pétrole.

Quant à Ankara, tout à son projet expansionniste néo-ottoman et à sa volonté de s'emparer des ressources en hydrocarbure de la Méditerranée orientale, elle jette de l'huile sur le feu en envoyant des troupes et des djihadistes pro-turcs. Avec cynisme, R.T. Erdogan et V. Poutine ont plaidé pour la mise en place d'une force d'interposition afin d'asseoir davantage leur présence sur le terrain.

Afin de concrétiser les échanges qui ont eu lieu à Berlin, la France doit elle aussi mettre un terme à sa duplicité entre les deux protagonistes et stopper ses livraisons d'armes en violation des résolutions internationales.

Dans ce contexte, le Parti communiste français (PCF) appelle à soutenir toutes les initiatives en faveur de la paix, en particulier celles de l'ONU, pour mettre fin aux spirales guerrières. Une résolution contraignante du Conseil de sécurité doit désormais constituer une nouvelle étape et consolider les avancées de Berlin.

Parti communiste français,
Paris, le 21 janvier 2020

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.