Accueil
 
 
 
 

Libye: Contre l'escalade turque, Paris doit soutenir les efforts de paix de l'ONU

 En dépit des exortations du secrétaire général de l' ONU et du représentant de la mission de paix, la Turquie vient de décider l'envoi d'armes et de militaires en Libye pour soutenir le gouvernement de Fayez el-Sarraj dans le conflit interne qui l’oppose au maréchal Haftar. Cela fait suite aux transferts massifs de djihadistes venus de Syrie qu'elle organise depuis des mois.

Dans ce sillage, Ankara a obtenu de Tripoli l'extension de ses frontières maritimes jusqu'au large des côtes libyennes afin de faire main basse sur les ressources gazières. Cette violation du droit maritime, aux dépens de Chypre et de la Grèce, ouvre un nouveau front de tension en Méditerranée orientale.

Cette surenchère s'inscrit dans la volonté de la Turquie d'accroître sa domination sur son espace régional comme en témoigne son expansionnisme en Irak et en Syrie. Cet engrenage a été aussi rendu possible par les violations constantes de l'embargo sur les armes décrété par l'ONU, y compris par des puissances membres du Conseil de sécurité de l'ONU, renforçant ainsi le discrédit de son action.

Tandis que la Libye se défait et que les efforts de la diplomatie onusienne volent en éclat, ce nouvel acte de brutalité d'Ankara porte les germes d'une catastrophe généralisée dont le peuple libyen paie le prix cher. Alors que Moscou a déjà diligenté des mercenaires engagés dans les combats, la Libye, à l'image de la Syrie, pourrait se transformer en condominium contrôlé par la Russie et la Turquie.

Cet état de guerre permet aussi aux organisations terroristes de reprendre de la vigueur contribuant un peu plus à la déstabilisation du Sahel.

Les interventions militaires en 2011 de la France, de la Grande-Bretagne avec le soutien des Etats-Unis et de l'OTAN n'en finissent pas de fragmenter et de plonger la Libye dans l'abîme. A n'en pas douter, après leur politique de distanciation, l'OTAN et les Etats-Unis repensent leur stratégie en Libye dans la perspective d'y peser à nouveau plus activement.

Paris qui a adoubé ce seigneur de guerre qu'est le maréchal Haftar est désormais isolée tandis que les parrains régionaux nourrissent les flammes de la guerre et le déferlement de haine.

Le Parti communiste français (PCF) exprime sa totale solidarité avec le peuple libyen. Le PCF condamne l'agressivité croissante de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan et appelle la France et l'Union européenne à soutenir les efforts de l'ONU pour mettre un terme aux combats, aux ingérences et au surarmement.

La situation est d'une gravité exceptionnelle pour la paix dans toute la sphère méditerranéenne.

Parti communiste français
Paris, le 9 janvier 2020

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.