Accueil
 
 
 
 

Une mobilisation rassembleuse pour contester le G7 climat

A l’occasion du G7 consacré à l’environnement et aux océans se réunissant à Metz les 5 et 6 mai dernier, une marche pour exiger la justice sociale et écologique s’est déroulée le samedi 4 mai et a rassemblé 3500 personnes.

Dès l’annonce de la tenue de ce sommet à Metz, des contacts ont été pris pour aller vers la construction la plus large possible. La déclaration unitaire lue par un dirigeant de la CGT Moselle a rassemblé une quarantaine d’associations, d’organisations et partis politiques. Les contacts unitaires ont été largement facilités par le travail en commun qui existait contre la création d’une plateforme Amazon dans l’agglomération messine depuis maintenant plusieurs mois. Des délégations étaient venues de tout le Grand Est, mais aussi de Belgique, du Luxembourg et d’Allemagne dont Heinz Bierbaum, dirigeant de Die Linke et du PGE. Des militants du Réseau Action Climat, d’Oxfam et de Greenpeace étaient également présents.

L’appel unitaire décrit la contestation du système ainsi que les exigences climatiques et sociales. La mobilisation des gilets jaunes, présents parmi les signataires, a facilité la prise en compte des urgences sociales par les associations et organisations plus mobilisées sur les questions d’environnement et d’écologie. Les associations contestant les projets autoroutiers en Alsace et en Lorraine étaient présentes comme le collectif Bure s’opposant à l’enfouissement des déchets nucléaires. La revendication de la préservation de la biodiversité était forte chez les manifestants. La marche a défilé dans une ville en véritable état de siège. En effet, trois mille policiers ont été mobilisés pour ce sommet. Cette situation n’a pas contribué à faciliter la venue à la manifestation.

Lors des prises de parole, Jacques Maréchal, secrétaire départemental du PCF, est intervenu pour dénoncer le projet de création de la plateforme Amazon en liant les questions sociales, environnementales et fiscales : comment une collectivité locale peut-elle favoriser la venue d’une multinationale dont la marque de fabrique est de pratiquer l’évasion fiscale à grande échelle? il a également souligné les effets néfastes des 300 véhicules/jour supplémentaires prévus pour la plateforme, et les conditions sociales désastreuses pratiquées par l’entreprise.

La déclaration commune énonce notamment: «Une poignée de grandes fortunes, de financiers et d’actionnaires… se gavent à coup de milliers de milliards, organisent l’évasion et la fraude fiscale à l’échelle mondiale avec la complicité de nos dirigeants. Des sommes colossales sont encore aujourd’hui investies dans des projets climaticides, en témoigne la menace de destruction qui pèse maintenant sur l’Amazonie avec l’ami de Trump, le fasciste brésilien Bolsonaro. Et que dire des dépenses militaires mortifères, qui, cette année, plafonnent à 1300 milliards de dollars!»

Les communistes avaient choisi de défiler derrière la banderole: Sauver la banquise, pas les banquiers!

La presse a souligné la très grande diversité des manifestants: Metz était teintée de toutes les couleurs. Démonstration a été faite que la question de la lutte contre le réchauffement climatique peut être l’objet de très larges rassemblements et porteurs de rupture systémique.

Marie Maréchal
Fédération du PCF de la Moselle
article publié dans CommunisteS du 9 mai 2019
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.