Accueil
 
 
 
 

La France doit s’opposer fermement à la loi Helms-Burton et au blocus contre le peuple cubain

Par la voix de son chef de la diplomatie Mike Pompeo, Washington a mercredi dernier renforcé la pression sur La Havane aux dépens de l’Union européenne, en annonçant l’activation dès le 2 mai prochain de l’article III de la loi Helms-Burton adoptée en 1996, qui ouvre la voie à des milliers d’actions en justice contre des entreprises étrangères.

Celle-ci a pour objet de poursuivre devant les tribunaux états-uniens, tous ceux qui, et quelle que soit leur nationalité, feraient des affaires avec les entreprises et les structures cubaines nationalisées après la Révolution.

Cette loi, en universalisant le blocus économique par des pressions violentes et illégales de la part des États-Unis contre des pays tiers, leur gouvernement et leurs entreprises, a pour objectif d’asphyxier l'économie cubaine par l’accroissement des pénuries dont souffre la population, et ce, dans l’espoir d'imposer un gouvernement répondant à ses intérêts.

En cherchant à verrouiller les investissements d’entreprises de tout pays à Cuba, la volonté des Etats-Unis affichée est d’aggraver les conséquences du blocus, d’imposer son hégémonie sur l’économie mondiale et un droit d’ingérence sur les souverainetés nationales.

Cette loi met également en péril les accords de coopération signés dernièrement avec Cuba entre la France et l’UE.

Au final, c’est la menace de sanctions aux entreprises ressortissantes d’États tiers qui ne voudraient pas se plier aux injonctions du législateur américain.

Pourtant, depuis près de 30 ans, Washington face à ses prétentions illégitimes et contraires au Droit international est complètement isolé au sein des plus importants organismes régionaux et internationaux -dont l'Assemblée générale des Nations unies-. De manière réitérée, la loi Helms- Burton et le blocus recueillent un rejet universel.

Pour le Parti communiste français, la France en droite lignée des accords de coopération qu’elle a signés avec Cuba, s’honorerait d’affirmer sans concession sa solidarité avec le peuple cubain.

En ce sens, le PCF et ses parlementaires demandent à ce que la France ne cède pas au chantage illégal du gouvernement américain et prenne des positions fortes afin que cette loi Helms-Burton ne puisse être mise en œuvre ; qu’elle agisse avec détermination en faveur du respect du droit international et contre les mesures extraterritoriales décidées par Washington ; qu’elle exige de concert avec l’Union européenne la levée immédiate du blocus commercial et financier de Cuba.

Parti communiste français
Paris, le 23 avril 2019

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.