Accueil
 
 
 
 

Crise du détroit de Kertch : pour une initiative diplomatique immédiate

Le brusque regain de tension entre l'Ukraine et la Russie en mer d'Azov sont très inquiétants et doivent susciter la vigilance et une initiative diplomatique, notamment de la France, pour favoriser une issue positive qui tienne compte des intérêts et aspirations des peuples ukrainien et russe à pouvoir assurer leur avenir dans un environnement pacifié.

Les pouvoirs russes et ukrainiens se rejettent mutuellement la responsabilité de l’accrochage militaire dans le détroit de Kertch et de l’arraisonnement de trois navires ukrainiens par la marine russe.

Vladimir Poutine, en difficulté après avoir imposé une « réforme » des retraites très impopulaire, tente de reprendre la main sur le terrain militaire.
Petro Porochenko, à la tête d’un régime oligarchique en lambeaux, tente de s’appuyer sur l’extrême-droite ukrainienne, et utilise ce prétexte pour instaurer l’état de guerre d’une durée d’un mois, restreignant encore davantage l’exercice des libertés civiles et démocratiques, déjà largement remises en cause en Ukraine. Cela fait craindre que les élections présidentielles prévues en mars puissent ne pas se tenir.

Le PCF exige :

  • La levée immédiate de l’état de guerre décrétée par le pouvoir ukrainien. Le peuple ukrainien doit pouvoir démocratiquement s’exprimer lors de l’élection présidentielle de mars 2019 ;
  • La libération des soldats ukrainiens retenus à Kertch ;
  • Et que la France prenne une initiative diplomatique pour l’application contraignante des accords de Minsk, la décentralisation de l’Ukraine et l’instauration d’un statut spécial pour les régions de Donetsk et de Lougansk. Cela serait un premier pas sérieux pour faire baisser les tensions dans cette région.

Le PCF réaffirme sa profonde solidarité avec le Parti communiste d’Ukraine (KPU) et les forces progressistes ukrainiennes qui, tout en faisant face à la répression, luttent contre l’influence de l’extrême-droite en Ukraine, contre le régime oligarchique en place et pour la paix.

Cet accrochage militaire montre la nécessité pour les peuples européens d’imposer un autre cadre de relations internationales, pour un espace pan-européen de coopération, de paix et de sécurité collective, incluant la Russie, qui ne peut pas se faire dans le cadre de l’OTAN.

Parti communiste français
Paris, le 27 novembre 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.