Accueil
 
 
 
 

Palestine/Salah Hamouri : La France doit passer de la parole aux actes pour la libération de notre concitoyen

Dans une semaine prendra fin l'ordre de détention administrative contre l'avocat franco-palestinien, Salah Hamouri,  signé par le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, figure de l'extrême droite israélienne.

Le 28 février prochain, cela fera six mois que Salah Hamouri est détenu arbitrairement sans autre raison que d'être un militant de la paix, des droits et des libertés. Six mois d'emprisonnement de trop !

La France ne peut se contenter d'être « préoccupée » par le sort de Salah Hamouri et d'«espérer sa libération», comme l'avait déclaré le Quai d'Orsay. Le président Macron puisqu'il dit vouloir sa libération doit passer aux actes et intervenir auprès du gouvernement israélien.

Le 28 février, le risque est grand que l'ordre de détention soit renouvelé.

Le Parti communiste français réclame que le président de la République française, pays des droits de l'homme, et le ministre des Affaires étrangères agissent pour la libération de notre concitoyen, et que cesse l'acharnement du gouvernement Netanyahou contre Salah Hamouri et sa famille.

Le PCF appelle à amplifier la mobilisation partout en France pour que le 28 février Salah Hamouri soit enfin libéré et à l’élargir  pour obtenir la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens, dont Marwan Barghouti, enfermé depuis 2002 dans les geôles israéliennes, et Khalida Jarrar, députée, en prison depuis juillet 2017, qui font face à l'arbitraire le plus total. Il demande à MM Macron et Le Drian d'exiger que soient d'urgence libérés Ahed Tamimi et les 300 autres enfants palestiniens actuellement emprisonnés.

Parti communiste français
21 février 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.