Accueil
 
 
 
 

Écrire à des milliers de mains « Je pense à toi ! »

En septembre 2016, au lendemain du coup d’Etat qui a immédiatement entraîné d’incroyables purges et arrestations, l'association France-Kurdistan avait lancé une campagne nationale intitulée « STOP Erdogan ! ». Ce slogan s’appuyait sur une double conviction : la spirale guerrière provoquée par R.T. Erdoğan ne s’arrêterait jamais seule et au vu des positionnements des gouvernements français et européens, notre seul espoir résidait dans une parole citoyenne forte.

Un an plus tard que pouvons-nous retenir ? Hélas, la terrible réalité a dépassé tout ce que nous pouvions craindre. Face à cela, notre réseau militant implanté dans plusieurs régions de France aura multiplié les rencontres, débats, conférences et heures de formation. Cette quarantaine d’initiatives aura trouvé de la force aussi par le relais de nombreuses organisations en France comme auprès des 200 élu-e-s qui soutiennent aujourd’hui cette campagne. Grâce aux réseaux sociaux, « STOP Erdogan ! » a été relayé par des milliers de jeunes notamment. Compréhensible dans toutes les langues, il a été repris lors de plusieurs manifestations en Europe, comme en Amérique latine.

« Je pense à toi ! »

Mais cette exigence doit encore s’amplifier. Elle trouve son prolongement par les parrainages symboliques que nous facilitons entre maires de France et de Turquie. 80 maires du HDP sont actuellement en prison. Ces parrainages qui donnent jour à des rencontres publiques participent aussi de la démocratie dans les villes et contribuent à ce que chacun se pense citoyenne et citoyen du monde. Ecrire, est une action efficace connue de toutes les organisations qui s’intéressent aux prisonniers. Elle a fait ses preuves. Ce geste simple, accessible, est souvent la seule façon « d’entrer » dans les cellules et de faire savoir aux bourreaux que ces élu-e-s, militant-e-s, journalistes, syndicalistes, artistes, féministes… sont sous surveillance internationale. Cette solidarité exprimée de façon concrète invite le public à leur écrire, pour leur dire « Je pense à toi ! ». Faire écrire des milliers de fois « Je pense à toi ! », inonder les prisons de ce message est indispensable aujourd’hui quand nos ami-e-s doivent résister au sein même de la prison, contre l’isolement, les humiliations, les privations, les tortures. Parfois nos lettres arrivent. Preuve en est la réponse de Sara Kaya, co-maire de Nusayibin, qui écrit « dans nos conditions de détention, ta lettre m’a remonté le moral »… La jeune journaliste et artiste, Zehra Dogan : « Savoir que des gens pensent à nous est terriblement beau et nous fait tenir toutes debout »…

L’atelier d’écriture installé dans le stand de France-Kurdistan lors de la fête de l’Humanité a connu un réel succès. Près de 350 personnes ont pris le temps de s’asseoir, recopier un texte en turc, acheter le timbre édité par France-Kurdistan et la poste spécialement pour cette campagne. Une trentaine d’élu-e-s retiennent l’idée d’un parrainage à construire prochainement dans leur ville et village.

Si vous souhaitez qu’un atelier d’écriture s’installe là où vous vous trouvez, n’hésitez pas à nous contacter à sylvie.jan@free.fr

Sylvie Jan
présidente de l'association France-Kurdistan
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.