Accueil
 
 
 
 

Sinn Féin-Newsletter spéciale de juillet 2016: "Brexit et unité de l'Irlande"

Le référendum sur le Brexit et l’unité de l’Irlande (extrait)

TRANSFORMER L’UNION EUROPÉENNE

Les agissements incompréhensibles et irresponsables d’une grande partie de la bureaucratie de l’UE et certaines pratiques décisionnaires souvent très éloignées des citoyens ont contribué à favoriser le vote Brexit. Le traitement infligé à la Grèce et les politiques d’austérité imposées à cet État et à d’autres, y compris au nôtre, ont aussi provoqué des sentiments de colère et de frustration à l’égard des institutions européennes. Dans notre propre cas, le gouvernement a été d’une complaisance inacceptable avec les élites de l’UE. Les familles ont payé le prix de cette stupidité. Maintenant, elles devront payer une fois encore.

Il y a d’autres aspects inacceptables de l’UE. Par exemple, le honteux accord avec la Turquie sur les réfugiés, que le premier ministre Enda Kenny (Parlement irlandais) a endossé, et l’incapacité de l’UE à résoudre, dans le respect de la justice, la crise humanitaire en Méditerranée.

Le Sinn Féin a longtemps critiqué certains aspects du projet européen, notamment la totale absence de démocratie qui règne en son sein. Nous ne soutenons pas une Union européenne à deux vitesses, dans laquelle un petit nombre de grands États-membres s’autorise à dicter aux États plus petits la politique économique et d’autres pratiques injustifiées. La relation du Sinn Féin avec l’UE peut être qualifiée au mieux comme étant un engagement critique.

Lorsque des mesures vont dans l’intérêt du peuple irlandais nous les soutenons et nous tentons de les promouvoir. Dans le cas contraire, nous y sommes opposés et faisons campagne pour les changer. Nous sommes contre toute évolution allant vers une centralisation de plus en plus forte des pouvoirs entre les mains d’une bureaucratie non élue. Les républicains irlandais veulent une UE d’une autre nature. Une Union européenne transparente, responsable démocratiquement et qui satisfait aux besoins et aux vœux de ses citoyens.

Nous sommes pour une UE sociale, une union d’égalité, de partenariat et de solidarité, dans laquelle, quand les temps sont difficiles, les États-membres travaillent ensemble dans un esprit de coopération.

Les tâches qui sont devant nous:

- nous mettre d’accord sur des politiques et des stratégies aptes à minimiser les problèmes créés par le Brexit;

- nous servir de cette crise, pour faire naître une Irlande nouvelle et une UE nouvelle.

Cela signifie:

Insister pour que le gouvernement irlandais défende les intérêts de l’île d’Irlande lors de toutes les négociations futures au Conseil de l’Europe.

Assurer une coopération pleine et entière entre le gouvernement et les organes exécutifs du Nord de l’Irlande.

Insister pour que, en sa qualité de co-garant de l’accord du Vendredi-Saint, le gouvernement irlandais défende cet accord, ses institutions politiques et les organes transfrontaliers.

Assurer que les éléments d’égalité et de droits humains contenus dans l’accord du Vendredi-Saint soient préservés.

Profiter de cette occasion pour redéfinir l’avenir politique et constitutionnel de l’île d’Irlande et de l’Europe.

Exiger la tenue d’un référendum sur l’unité irlandaise.

Nous pouvons changer la situation politique:

- pour faire le meilleur usage possible de cette occasion unique de transformer l’île d’Irlande;

- pour mettre définitivement fin aux anciennes divisions;

- pour construire une société nouvelle.

Le gouvernement britannique ne dispose d’aucun mandat démocratique pour représenter les opinions de l’Irlande du Nord dans une quelconque négociation avec l’UE. C’est un devoir impératif pour le gouvernement britannique, et aussi et surtout pour le gouvernement irlandais, de respecter le vote du peuple du Nord de l’Irlande.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.