Accueil
 
 
 
 

Cédric Herrou, de nouveau en garde à vue!

Que cherchent le Préfet et la police en poursuivant les citoyens solidaires qui pallient aux carences de l’Etat? Aucun dispositif policier, ni de l’armée ne pourront permettre un accueil digne des réfugiés. Nous demandons la libération immédiate de Cédric Herrou et l’abrogation totale du délit de solidarité!

Pour l’instant, les réfugiés qui arrivent dans les Alpes-Maritimes ne peuvent pas accéder à leur droit. Il est du devoir de l'Etat de permettre la circulation jusqu’aux bureaux de la préfecture pour faire leur demande de droit d’asile. Cela est actuellement impossible à cause de la seule volonté politique de répression de la solidarité instaurée depuis maintenant plusieurs semaines par les services de l’Etat et la force sentinelle.

C’est incompréhensible et lamentable de la part du pays qui voudrait être celui des droits de l’homme. Notre pays n’a accueilli actuellement que 3000 réfugiés sur les 35 000 annoncés et dans notre département l’Etat dépense une énergie et un argent public considérable à les reconduire à la frontière.

Il est urgent que l’Etat change de politique et impose dans notre département la construction d’un centre d’accueil et d’orientation pour permettre un accueil digne des réfugiés et un accès à leur droit et ne pas les laisser livrer à eux-mêmes dehors ou aux passeurs mafieux!

Nous ne pouvons pas compter sur une quelconque volonté politique des maires LR des grandes villes et encore moins du président du conseil départemental, Eric Ciotti, comme cela se passe à Ivry. L’Etat a donc le devoir d’imposer ce centre d’accueil et d’orientation.

Cécile Dumas,
secrétaire départementale PCF des Alpes-Maritimes
http://www.ceciledumas.fr/2017/01/communique.html

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.