Accueil
 
 
 
 

Décès Shimon Peres: "L’homme des rendez-vous manqués avec la paix et la solution à deux Etats"

Shimon Peres, ancien président d’Israël, ancien ministre de la Défense et plusieurs fois premier ministre, est décédé ce 28 septembre à l’âge 93 ans.

Ancien co-récipiendaire du prix Nobel de la Paix (1994) pour les accords d’Oslo, Shimon Peres aura néanmoins, après l’assassinat d’Yitzhak Rabin en 1995, accompagné leur lente agonie. Malgré les lourdes concessions palestiniennes, ces accords n’ont jamais été respectés par la partie israélienne et auront ouvert la voie à la prise du pouvoir des colons extrémistes sous les mandats de Benyamin Netanyahu.

En 2009, alors président, Shimon Peres approuvait sans état d’âme les bombardements israéliens sur Gaza (opération «Plomb durci»); en 2014, après avoir quitté ses fonctions, il en appelait au contraire à mettre un terme à l’«opération Bordure protectrice»: Shimon Peres aura entretenu les ambiguïtés comme l'illustre la fin du parcours politique qui fut marquée par son départ du Parti Travailliste et son ralliement à Ariel Sharon et à son parti, Kadima (droite dite centriste), dont il devint l'une des figures de proue. C’est que Shimon Peres sans avoir jamais fait de carrière militaire fut l’un des principaux artisans de la puissance militaire israélienne, et en particulier — avec l’appui de la France et des Etats-Unis — de sa capacité nucléaire  puissance nucléaire qu’il tenait pour principal moyen de garantir la pérennité de l’Etat d’Israël.

Au fond, Shimon Peres aura été l’homme des rendez-vous manqués avec la paix et la solution à deux Etats dans le respect des conventions et résolutions de l’ONU.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.