Accueil
 
 
 
 

Renforçons notre mobilisation en faveur de la Palestine

La situation internationale complexe conduit souvent les médias à omettre de parler de la Palestine et des Palestiniens. Toutefois, quiconque s'y rend régulièrement voit malheureusement la situation se dégrader au fil des jours. Les palestiniens vivent sous l'occupation israélienne qui est de plus en plus importante et arrogante.

 

Il ne s'agit pas ici de revenir sur l'ensemble de la situation, ni d'en faire une analyse exhaustive. Chacun de nous le sait, les résolutions des Nations unies restent lettres mortes. Le gouvernement israélien poursuit et accentue sa politique coloniale. L'Autorité palestinienne est de plus en plus critiquée, car perçue comme laxiste. La corruption est importante. Les perspectives politiques sont difficiles à percevoir.

A partir d'un récent séjour sur place, nous n'évoquerons que quelques sujets qui témoignent des conditions de vie des Palestiniens et des humiliations permanentes qui leur sont imposées ; celles-ci rendent la vie des Palestiniens de plus en plus insupportable.

La situation de Jérusalem-Est mérite une attention particulière

Le territoire est petit à petit envahi par les colonies (16 colonies et 45 % de la population), ou par des réserves foncières (20 % du territoire) ou des zones non constructibles (30 % du territoire). 90 000 personnes sont dans la municipalité de Jérusalem mais résident de l'autre côté du mur. Les Palestiniens en sont progressivement chassés par divers moyens. Ils doivent disposer une carte de séjour délivrée par les Israéliens pour y résider ; celui ou celle qui se marie avec un non-résident ne peut y vivre avec son conjoint ; de plus les Palestiniens doivent apporter la preuve que Jérusalem est leur centre de vie. Quiconque s'absente, perd le droit d'y résider. Petit à petit les drapeaux israéliens y fleurissent témoignant de l'occupation des maisons dont sont chassés les Palestiniens. Les autorisations de construire sont délivrées au compte-goutte avec des tracasseries administratives à n'en plus finir. De ce fait les Palestiniens construisent sans permis, ce qui conduit bien souvent à la démolition de leurs biens. Environ 85 000 personnes vivent dans des maisons soumises à des ordres de démolition. Quant à l'accès de l'esplanade des Mosquées, il est totalement contrôlé par les militaires israéliens. Des juifs extrémistes y pénètrent régulièrement accompagnés de militaires armés. Chaque jour, des groupes de femmes palestiniennes manifestent contre ces provocations.

L'extension de la colonisation visible à l’œil nu

Dans toute la Cisjordanie, les collines se couvrent petit à petit de nouvelles colonies. Une baraque de chantier, un branchement électrique et voilà le territoire envahi par une future colonie. D'un séjour à l'autre, vous ne reconnaissez plus le paysage. Les villes palestiniennes sont petit à petit encerclées par les colonies. Vous voyez de nouvelles routes réservées aux colons, des tunnels pour leur faciliter les déplacements. Les cartes récentes montrent clairement d'extension des colonies et chacun se rend compte que la continuité territoriale ne peut plus exister en Cisjordanie. Particulièrement virulents, protégés par l'armée israélienne, les colons s'emparent des terres, arrachent les arbres. Dans la vallée du Jourdain, les plantations de palmiers, les usines, les colonies se développent, alors que la vie des bédouins devient un véritable enfer. Systématiquement, leurs campements sont détruits ; leurs troupeaux sont volés.

La vie sous occupation

Il faudrait aussi parler des prisonniers, en particulier des enfants et des femmes, des conditions de détention de la détention administrative (sans jugement pendant 6 mois renouvelables indéfiniment), des humiliations quotidiennes pour les passages aux check-points, tout particulièrement celui de Tulkarem pour les Palestiniens allant travailler en Israël, de la situation particulière de la ville d'Hébron, de l'accès à l'eau, de l'éducation, de l'environnement, etc.

Face à une telle situation, il est urgent de passer à une vitesse supérieure dans notre mobilisation, notamment concernant le soutien aux prisonniers politiques, à la campagne BDS. L'émergence d'une solution politique dépend – aussi – de nous.

Marie-Hélène Chambrin
Membre de la commission des relations internationales du PCF

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.