Accueil
 
 
 
 

Contribution de Louis Aminot (Nautilus-21)

Rencontre internationale pour la paix et le progrès
Paris, Colonel Fabien, 1er juin 2016

"Un grand merci au PCF d’avoir pris l’initiative d’organiser cette journée de rencontre internationale pour la paix et le progrès. Ce combat devient plus que jamais le pilier central du combat pour la libération et l’émancipation de notre peuple et de tous les peuples. Depuis ce matin, de riches témoignages, parfois très émouvants, analyses et propositions sont soumises à notre réflexion.

1- Nous vivons un moment où, fuyant les violences et guerres meurtrières, des milliers de migrants continuent d’affluer - dans des conditions précaires - vers notre Europe réputée accueillante, paisible et attachée aux « Droits des humains ». Dans ces conditions, parler au lendemain de la déclaration du porte-parole du HCR de l’ONU n’est pas facile. William Spindler ne vient-il pas de confirmer l’ampleur de l’intolérable? «2 510 vies ont été perdues en mer durant les cinq premiers mois de cette année, contre 1 855 sur la même période en 2015», affirme-t-il ! Ce drame est terrible. Aussi, du fait de leur laxisme, de leurs entraves et désinvoltures, plusieurs de mes ami-e-s et moi-même nous interrogeons: quel inconvénient majeur y aurait-il à ce que des pontes de notre Europe soient traduits devant un tribunal international pour «non-assistance à personnes en danger et/ou complicité de crimes contre l’humanité» ?  

2- De Brest, je suis un ancien militant anti-guerre, pour la décolonisation, la solidarité et la coopération des peuples, pour le désarmement nucléaire, la «Reconversion» des productions d’armement vers des productions civiles et la construction de la Paix. La Paix? Je la conçois comme un processus de démilitarisation de l’économie, des rapports sociaux et des relations internationales. Les exigences des producteurs et marchands d’armes se traduisent dans toutes les langues de la même façon. L’art de la guerre signifie l’art de la domination par la violence exercée sous toutes ses formes, des plus cruellement raffinées et sophistiquées aux plus sadiquement «propres» et robotisées. L’objectif de l’art de la guerre ne varie pas d’un pays à l’autre. Il se résume à «toujours plus de profits pour les exploiteurs et puissants».

3- Obama au Japon. Hollande, Merkel à Verdun. Les « grands » adorent commémorer. Ils lâchent ici et là quelques considérations positives de tonalité pacifique. Mais dénoncent-ils les véritables causes des guerres ? Condamnent-ils les profiteurs, criminels et fauteurs de guerre ? Non. Les « grands » compatissent aux morts. Leurs morts ? Dans leurs actes, ils soutiennent leurs respectifs fabricants et marchands d’armes pour assouvir leurs propres ambitions de puissance et de domination. Pour asseoir son autorité, Hollande revêt les habits de « chef de guerre ». Au nom de la lutte contre le terrorisme, il attise les peurs, généralise la surveillance, promulgue l’état d’urgence, limite les libertés. Hollande réactive le financement des polices et armées. Il assène « nous sommes en guerre » avec l’appui des Dassault et autres groupes apatrides. Peu scrupuleux des droits de l’Homme, Hollande veut intégrer totalement l’OTAN et installer ses bases en France. Il livre ses Rafales à qui vous savez.. Enfin, Hollande cultive l’arme nucléaire du «génocide avec préméditation».

4- Oui, il faut mettre la bombe nucléaire hors-la-loi. Soutien sans réserve à Paul Quilès (IDN) et Roland Nivet (Mouvementt de la Paix).  Soutien à Nicolas Hulot. Cependant, comment se débarrasser des bombes nucléaires sans se débarrasser du travail et des salariés? L’élimination et le démantèlement des armes nucléaires n’avanceront pas rapidement et efficacement sans la participation des travailleurs, des techniciens et ingénieurs concernés. La « Reconversion », c’est-à-dire la définition et mise en œuvre d’activités industrielles de substitution, écologiquement et socialement utiles, impliquent leur active contribution.

Un exemple particulier. La loi de programmation militaire Chirac-Million de 1996, appliquée sans amendement par le gouvernement «gauche plurielle» de Lionel Jospin de 1997 à 2002, a conduit l’ancienne DCAN, composée des arsenaux et établissements industriels de l’Etat, a cédé la place à une DCNS «privatisée» au principal bénéfice de Thalès. Cette même année, il y a vingt ans déjà, de vastes manifestations dites «Brest-Debout» rassemblaient la population autour des travailleurs contre les projets de «reformatage des armées» et de «restructuration des Arsenaux». Ces projets faisaient des personnels civils et militaires la «variable d’ajustement». Hélas, hélas, ce mouvement ne portait malheureusement pas de projet de «Reconversion» vers des productions civiles. Bonjour les dégâts. L’Arsenal qui a forgé la ville a disparu! Son chantier de construction navale est effacé des cartes. Brest est industriellement, socialement et écologiquement sinistrée. Des milliers de postes de travail industriels ont été liquidés. Le port militaire se réduit à «Brest-Atomik-Base» pour les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins… En recherche de travail, les jeunes font leur valise.

5- En conséquence, afin d’éviter que cette belle journée ne reste pas sans un lendemain opérationnel, je propose que soit examinée la nécessaire création, au plan national et au plan européen, de groupes de travail pluralistes, composés de travailleurs syndicalistes, de militants de la paix, d’écologistes, d’élus locaux, de chercheurs, de spécialistes des stratégies, d’économistes, de sociologues et d’ingénieurs, voire de militaires, dont la mission sera de formuler des propositions crédibles:

  • Pour la définition, dans chaque secteur, aéronautique, naval, terre, territoire par territoire, entreprise par entreprise, de projets de «Reconversion» des activités militaires vers des productions civiles socialement et écologiquement utiles…
  • Pour l’introduction des activités et de toutes les opérations militaires dans toutes les instances et organismes internationaux qui réfléchissent aux alternatives au dérèglement climatique. Nota. Aberration, la COP21 excluait la dimension militaire de ses investigations.

6- Dernières remarques. Thomas Jefferson a écrit : «je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées permanentes». Noam Chomsky écrit : «les classes dirigeantes utilisent l’actuelle crise financière comme un prétexte pour la plus grande offensive jamais menée depuis la deuxième guerre mondiale contre les droits sociaux des peuples». Bernard Thibault le démontre: «la troisième guerre mondiale est sociale».

C’est un fait, les « guerres non militaires » existent bel et bien…
D’ailleurs, la guerre financière menée depuis des décennies par les Etats-Unis au reste du monde est probablement la plus dévastatrice des «guerres non militaires». Cette emprise «otanisée» sape les bases économiques et territoriales de l’Etat social et met les travailleurs du monde en concurrence. Elle détruit les humains et les équilibres sociaux, elle endommage la nature et déréglemente le climat. Elle encourage et organise la destruction de toutes les oppositions démocratiques. Je le sais les théoriciens marxistes discutent la catégorie d’impérialisme. Certes, nous ne sommes plus du temps de Lénine. Cependant, la lutte des classes fait rage au plan international. Elle existe et se développe en France et en Europe. Le mouvement contre la «loi Travail» et «Nuit(s) Debout» en font la démonstration. Sans l’intervention consciente et unie de la classe ouvrière et des classes populaires, il ne peut y avoir de résistances-créations victorieuses. Repensons l’Unité populaire pour le pain, la paix, la liberté. Proposons une Unité populaire capable de construire une République sociale et écologique, une Unité populaire capable de construire une Europe sociale et écologique. Nos adversaires sont organisés, bien qu’archi-minoritaires, ils dominent et contrôlent les institutions internationales pour imposer leur vision (Tafta, etc…).

N’est-il venu le temps de créer une «nouvelle internationale des travailleurs et progressistes pour la paix et le progrès»? En commençant par l’Europe?

Merci de votre attention."

Louis Aminot
Co-Président de « Nautilus-21 »
Membre de l’Université Européenne de la Paix

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.