Accueil
 
 
 
 

Migrants: le ministre de la Défense veut-il "faire barrage" au droit international ?

Les déclarations récentes de Jean-Yves Le Drian à Europe 1 sur la situation des migrants en Libye annoncent-elles un nouveau coup de force contre ces populations?
La dramatisation volontaire amalgamant «Daech et les passeurs», l'annonce du «passage probable de 800 000 migrants en Europe», l'appel à «la lutte contre les trafiquants» dans le cadre d'un plan européen, tout cela cherche à préparer l'opinion publique à une nouvelle opération de refoulement collectif de ces populations bloquées en Libye, dans un pays désorganisé.
La réalité est toutefois bien différente. Les chiffres d'abord. En 2015, ce sont 146 000 migrants qui sont passés de Libye en Italie et 15 000 depuis le 1er janvier 2016. Si augmentation il y a dans cette dernière période, elle est due à la fermeture de la route des Balkans et aux mesures de refoulement prises par l'UE. Le chiffre de 800 000 provient, lui, des services de renseignements militaires français et n'a jamais été confirmé par des sources officielles internationales… Tout cela ressemble à de l'intox.
 

Le moyen de mettre un terme à la fois au trafic des passeurs et aux pertes humaines, c'est qu'en commun, les pays européens et Frontex mettent à disposition les bateaux pour organiser le passage des migrants par des voies maritimes sécurisées.
 

Mais cette solution qui respecterait le droit international et la dignité de ces personnes, la France et l'UE s'y refusent et sont déterminées à tout mettre en œuvre pour fermer les portes de l'Europe. Les autorités libyennes elles-mêmes en appellent à l'aide européenne, sans réponse.
 

Après l'honteux accord UE-Turquie et le désastre humanitaire qui frappe les îles grecques, qui a conduit l'UNHCR et des organisations internationales à refuser d'être les complices de cette politique criminelle, l'UE et la France se préparent-elles à un nouvel abandon sur le sol libyen de ces populations en détresse, une Libye en plein chaos dont se nourrit le terrorisme, chaos qui a été provoqué par l'intervention militaire de pays occidentaux dont la France en 2011!
 

L'UE donne un exemple désastreux au monde entier et bafoue toutes les règles internationales en matière d'accueil des réfugiés et des migrants. C'est le responsable ONU des droits de l'homme qui le confirme en déclarant «si l'UE commence à contourner le droit international, il pourrait y avoir un effet secondaire particulièrement problématique sur d'autres parties du monde».
 

Le PCF en appelle une nouvelle fois à ce que la France et l'UE respectent le droit et les conventions internationales, et leurs propres principes en matière de solidarité et d'accueil des populations fuyant guerre, violence et misère; le PCF s'associe à toutes les initiatives porteuses de ces exigences et de solidarité.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.