Accueil
 
 
 
 

Syrie : « Processus politique, seul chemin susceptible d'arrêter les violences »

La 68e Assemblée générale de l'ONU, qui vient de se tenir, a été marquée par des avancées sur les questions de sécurité et des droits des peuples du Proche et Moyen-Orient.

D'une part, la porte du dialogue s'entrouvre entre les États-Unis et l'Iran pour la première fois depuis 34 ans. Ensuite, un an après l'admission de la Palestine comme membre observateur de l'ONU, le leader palestinien Mahmoud Abbas a réaffirmé la nécessité de mettre un terme à la colonisation pour construire une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens pendant qu'Israël s'enferme dans son refus et s'isole un peu plus.

Enfin, une résolution a été adoptée à l'unanimité des membres du Conseil de sécurité pour la destruction de l'armement chimique syrien sous contrôle international.

Après l'annonce, rejetée par une opinion internationale refusant la politique du pire, de frappes aériennes françaises et américaines sur la Syrie, la diplomatie a repris ses droits et a permis de déboucher sur un accord qui constitue un succès pour l'ONU et une perspective pour la paix.

Cet accord confirme qu'il y a bien une voie diplomatique pour mettre fin à la guerre en Syrie.

C'est le but annoncé de la Conférence Genève II. La poursuite des violences menées par le régime, la présence dominante de groupes djihadistes, rendent plus qu'urgent d'entamer un processus politique, pour faire taire les armes et venir en aide aux populations.

C'est le seul chemin susceptible d'arrêter les violences des deux côtés, d'assurer le retour des réfugiés, et permettre la mise en place d'un gouvernement transitoire, possédant tous les pouvoirs de l'exécutif.

C'est la responsabilité de l'ONU et de son représentant, des membres du Conseil de sécurité, dont la France, d'aider à engager ce processus.

La voie politique devra conduire à ce que s'ouvre un dialogue entre une opposition syrienne rassemblée et des représentants du régime. Il s'agira de créer les conditions pour que le peuple syrien puisse écrire une nouvelle page de son histoire, dans une Syrie démocratique et souveraine.

Le PCF reste déterminé à soutenir tout effort allant dans le sens de la paix et de la justice en Syrie, réaffirme son engagement aux côtés du peuple et des forces progressistes syriennes, et appelle l'opinion française à se faire entendre pour avancer sur ce chemin.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.