Accueil
 
 
 
 

#PCF : delegation de retour du KURDISTAN DE TURQUIE #kobane

Les médias ne cessent de parler de Kobané. Mais que s’y passe-t-il ? Le PCF a effectué une visite sur le terrain et a pu prendre la mesure de l’ampleur de la crise. Résolument aux côtés des réfugiés et des Kurdes, le PCF a pu témoigner son soutien. Compte-rendu de mission et témoignage.

Pierre LAURENT, secrétaire national du PCF, accompagné de Lydia SAMARBAKSH responsable aux questions internationales, Danielle LEBAIL responsable du réseau PCF-Kurdistan et Sylvie JAN, présidente de l’association France Kurdistan se sont rendus au Kurdistan.
Cette délégation est venue apporter sa solidarité aux combattants de Kobané, au peuple kurde afin de développer et de relayer l’exigence d’une solidarité active. Elle a multiplié les rencontres avec les forces politiques du BDP, du DTK, du HDP, les maires de Diyarbakir et de Mardin et visité deux camps de réfugiés yézidis en provenance d’Irak et de Kobané.
D’emblée, nous avons pu mesurer les anticipations créatrices de ce peuple qui a un institué un système de co-maire (un homme et une femme à la tête de l’institution) en rencontrant Gultan KISANAK, co-maire de Diyarbakir. Elle a exposé la mise en œuvre de sa politique de gestion participative construite sur un tryptique : démocratie , écologie, égalité femmes-hommes, dans laquelle les associations ou les syndicats sont partie prenante.Cependant, les échanges se sont focalisés  sur l’accueil des réfugiés yézidis que les villes BDP prennent seules en charge.Délibérément, la Turquie bloque les interventions humanitaires sur son territoire. La visite du camp de 5200 personnes   et l’échange qui en a suivi avec les refugiés a confirmé les exactions et les crimes  commis par DAESH à l’encontre des minorités ethniques et confessionnels ainsi qu’à l’égard des opposants (enfants éventrés, création de « souk » destiné à vendre filles, décapitation, viols…).
A l’approche de l’hiver, la situation difficile dans les camps va devenir intenable ont souligné les élus. Pierre Laurent,  qui avait lancé un appel à la solidarité avant son départ,  a tenu à l’exprimer par un premier versement de 5000 euros. Il a également dénoncé le silence qui entouré désormais le sort des Yézidis.
La rencontre avec Ahmed TURK, une  personnalité historique de la cause kurde et maire de la cité multiculturelle de Mardin ainsi qu’avec sa jeune co-maire Fébrunyé AKYOL  a conforté les  expériences démocratiques en cours en dépit du retrait des financements publics à la ville par l’état turc. Cela n’oblitère pas leur détermination à se battre pour  une société libre, démocratique, laïque permettant à tous les peuples  de vivre ensemble.
Pour A. Türk « la construction de régimes démocratiques reste un impératif pour la paix au Moyen- Orient ». Rojava fait œuvre pionnière dans ce registre en appliquant concrètement l’égalité femmes-hommes, la démocratie et le vivre ensemble. C’est ce que les djihadistes et la Turquie veulent briser.
A Suruç, face à Kobané, les combattants, longtemps seuls, ont mis en échec les offensives de l’EI. Les réfugiés affluent par milliers sans bénéficier d’aide humanitaire. Seules les municipalités BDP en assument la responsabilité. Il n’y a aucune présence internationale dans cette région.
Les estimations portent à 180 000 le nombre de réfugiés qu’ils soient de Kobané ou d’Irak. Seuls 6500 sont pris en charge par les autorités turques.
En écho aux sollicitations pressantes des élus, P. Laurent a appelé  à verser l’aide sur les comptes ouverts par les municipalités, seul  moyen d’avoir la garantie que celle-ci parviendra bien aux  populations.

Pierre LAURENT, secrétaire national du PCF, accompagné de Lydia SAMARBAKSH responsable aux questions internationales, Danielle LEBAIL responsable du réseau PCF-Kurdistan et Sylvie JAN, présidente de l’association France Kurdistan se sont rendus au Kurdistan. Cette délégation est venue apporter sa solidarité aux combattants de Kobané, au peuple kurde afin de développer et de relayer l’exigence d’une solidarité active. Elle a multiplié les rencontres avec les forces politiques du BDP, du DTK, du HDP, les maires de Diyarbakir et de Mardin et visité deux camps de réfugiés yézidis en provenance d’Irak et de Kobané.

D’emblée, nous avons pu mesurer les anticipations créatrices de ce peuple qui a un institué un système de co-maire (un homme et une femme à la tête de l’institution) en rencontrant Gultan KISANAK, co-maire de Diyarbakir. Elle a exposé la mise en œuvre de sa politique de gestion participative construite sur un tryptique : démocratie , écologie, égalité femmes-hommes, dans laquelle les associations ou les syndicats sont partie prenante. Cependant, les échanges se sont focalisés  sur l’accueil des réfugiés yézidis que les villes BDP prennent seules en charge. Délibérément, la Turquie bloque les interventions humanitaires sur son territoire. La visite du camp de 5200 personnes   et l’échange qui en a suivi avec les refugiés a confirmé les exactions et les crimes  commis par DAESH à l’encontre des minorités ethniques et confessionnels ainsi qu’à l’égard des opposants (enfants éventrés, création de « souk » destiné à vendre filles, décapitation, viols…). A l’approche de l’hiver, la situation difficile dans les camps va devenir intenable ont souligné les élus. Pierre Laurent,  qui avait lancé un appel à la solidarité avant son départ,  a tenu à l’exprimer par un premier versement de 5000 euros. Il a également dénoncé le silence qui entouré désormais le sort des Yézidis.

La rencontre avec Ahmed TURK, une  personnalité historique de la cause kurde et maire de la cité multiculturelle de Mardin ainsi qu’avec sa jeune co-maire Fébrunyé AKYOL  a conforté les  expériences démocratiques en cours en dépit du retrait des financements publics à la ville par l’état turc. Cela n’oblitère pas leur détermination à se battre pour  une société libre, démocratique, laïque permettant à tous les peuples  de vivre ensemble. Pour A. Türk « la construction de régimes démocratiques reste un impératif pour la paix au Moyen- Orient ». Rojava fait œuvre pionnière dans ce registre en appliquant concrètement l’égalité femmes-hommes, la démocratie et le vivre ensemble. C’est ce que les djihadistes et la Turquie veulent briser.

A Suruç, face à Kobané, les combattants, longtemps seuls, ont mis en échec les offensives de l’EI. Les réfugiés affluent par milliers sans bénéficier d’aide humanitaire. Seules les municipalités BDP en assument la responsabilité. Il n'y a aucune présence internationale dans cette région. Les estimations portent à 180 000 le nombre de réfugiés qu’ils soient de Kobané ou d'Irak. Seuls 6500 sont pris en charge par les autorités turques. En écho aux sollicitations pressantes des élus, P. Laurent a appelé  à verser l'aide sur les comptes ouverts par les municipalités, seul  moyen d'avoir la garantie que celle-ci parviendra bien aux  populations.

Le parti communiste demande que :

  • soient accrues les pressions internationales sur la Turquie pour permettre l'organisation d'un corridor qui garantisse l'acheminement de l'aide humanitaire, matérielle et militaire
  • la France et l'Europe agissent pour la fin des complaisances avec les bailleurs de fonds de DAESH
  • le PKK soit retiré de la liste des organisations « terroristes »de l’UE.
  • l'ONU  reprenne la  main  au détriment de la coalition occidentale actuelle en lançant un processus de conférence internationale  pour la paix et le développement du Proche-Orient
  • soit annulé  l’accord de coopération franco-turque
  • la vérité soit faite sur les crimes de Rojbin, Sakiné et Leyla

Enfin la campagne de solidarité des communistes français aux combattants de Kobané est lancée.

La campagne de solidarité des communistes français aux combattants de Kobané est lancée.
Le vendredi 14 novembre à 19h au siège du PCF en partenariat avec l’association France-Kurdistan, se déroulera  une grande soirée de solidarité pour la liberté de Kobané ; compte-rendu de la délégation, de nombreux témoignages dont ceux de Khaled Issa du PYD (Syrie), d’un représentant du HDP (Turquie), Lydia Samarbakhsh (PCF), Sylvie Jan (France-Kurdistan)…, projections, musique, dédicaces et souscription.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.