Accueil
 
 
 
 

2014 : POUR LA PAIX ET L'ÉMANCIPATION HUMAINE

De retour du 4e Congrès du Parti de la gauche européenne (PGE) à Madrid, nous bouclons ce dernier numéro de la LRI de l’année 2013 avec le désir de vous faire partager la comba- tivité, le foisonnement et l’énergie qui l’ont traversé de bout en bout pour se conclure sur d’importantes décisions.
Le compte-rendu des deux nouveaux représentants du PCF au Bureau exécutif du PGE,Anne Sabourin et Gilles Garnier, que nous publions dans ces pages, détaille le programme d’action du PGE qui a décidé de porter dans le feu de la campagne des élections européennes la candidature d’Alexis Tsipras à la présidence de la Commission européenne.
Non que le PGE croie un instant en la légitimité d’une telle présidence mais pour incarner, dans toute l’Europe, la voix de la résistance et de l’espoir des peuples euro- péens pour rompre avec l’austérité et la dictature des marchés financiers et de la Troïka, et construire le chemin d’un espace de coopération régional, union de nations et de peuples souverains, libres et associés, espace fondé sur la solidarité, la démocratie politique et sociale, le progrès et la justice sociale, le développement économique et écologique, la paix et le dés- armement.

Notre secrétaire national, Pierre Laurent, a été réélu à la tête d’une présidence collégiale composée d’Alexis Tsipras (Syriza, Grèce), Marisa Mattias (Bloco, Portugal), Maïte Mola (PCE- IU, Espagne), de Margarita Mileva (Bulgarian Left, Bulgarie) et de Diether Dehm (die Linke, Allemagne) à la fonction de trésorier ; présidence collégiale dont le travail engagé depuis 2010 a, en 3 ans, significativement renforcé l’unité et l’action du PGE. La reconduction du PCF à la présidence du PGE est un signal de confiance qui honore tous les communistes français, qui mettront tout en œuvre pour continuer à être à la hauteur de leurs responsabilités pour rassembler toute la gauche européenne dans les échéances à venir, les élections comme les luttes et les batailles politiques.

Nous portons la même démarche en France, dans le Front de gauche, et dans l’action de notre parti au plan national, européen, comme international. Ce double numéro rend compte de la « journée Inter » du 30 novembre dernier, mais aussi de notre action de ces 60 der- niers jours avec le Front de gauche pour remobiliser les forces qui, en 2012, ont chassé Nicolas Sarkozy et la droite du pouvoir et qui demeurent potentiellement une majorité d’idées et d’action pour une politique de gauche dans notre pays. L’année 2014 verra en France des élections municipales, en mars, et peu avant le scrutin européen. Dans tout le pays, les communistes ont pris le temps du débat et de la décision autour d’un même objec- tif : construire des majorités de gauche utiles aux populations pour combattre l’austérité et vivre mieux. Qu’ils aient décidé de listes avec les socialistes, écologistes ou anti-capitalistes de leur ville ou sans eux, selon les conditions et réalités politiques locales, les communistes avancent unis et déterminés à mettre partout en échec la droite et l’extrême droite qui veu- lent leur revanche sur 2012. Unis et déterminés aussi à faire du Front de gauche le nouveau centre de gravité de la gauche en France pour sortir la France et l’Europe de la crise écono- mique, sociale, démocratique provoquée par un capitalisme financier qui flirte à nouveau avec des envies de guerre généralisée.

Nous ferons de 2014, année du Centenaire 1914-1918, une grande année de fraternité et de

solidarité internationale pour la paix et l’émancipation humaine.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.