Accueil
 
 
 
 

15e congrès du Front Polisario: La paix pour sortir de l'impasse

Fin décembre s'est tenu le 15e congrès du Front Polisario, à Tifariti, dans les territoires libérés. Mille quatre cents délégués participaient aux travaux en présence de nombreuses délégations étrangères1.

En dépit de la Charte et des résolutions des Nations unies qui appellent de leurs voeux l'organisation d'un référendum d'autodétermination sur l'indépendance, le Maroc occupe illégalement le Sahara occidental depuis 1975 entravant le processus de décolonisation de la dernière colonie d'Afrique. L'enlisement du conflit et le statut-quo actuel constituent une remise en cause flagrante de la légalité internationale, favorisent la violation des droits humains notamment dans les territoires occupés et encouragent le pillage des ressources naturelles du peuple sahraoui.

L'Espagne, comme ancienne puissance coloniale, porte une lourde responsabilité dans la situation actuelle. Pour sa part, la France, par le soutien inconditionnel qu'elle apporte à la monarchie chérifienne, cautionne l'intransigeance marocaine jusqu'à anéantir, par ses prises de positions, tous les espoirs de paix. Le sabotage constant par Paris de l'action de l'émissaire de l'ONU, Horst Kohler, a accéléré sa démission. Rappelons par ailleurs que la France s'est opposée à l'extension des prérogatives de la Minurso sur la protection des droits humains dans les terriroires occupés et use de tout son poids pour promouvoir la prédation coloniale. En effet, le gouvernement français a été à la manoeuvre au sein de l'Union européenne pour imposer l'extension des tarifs douaniers préférentiels aux territoires occupés du Sahara occidental et ce en violation des arrêts de la Cour européenne de justice.

Le Front Polisario, représentant du peuple Sahraoui a multiplié, en vain ces dernières années, les initiatives de paix en faisant d'innombrables concessions afin de créer les conditions d'une confiance mutuelle. Il s'est heurté à une fin de non-recevoir de Rabat dont le nationalisme expansionniste constitue une source de tension dans la région. Le projet du "Grand Maroc" englobe en effet le Sahara occidental mais aussi une partie de la Mauritanie, le nord du Sénégal, 40% de l'Algérie et le nord-ouest du Mali. Cet état de guerre permet au makhzen d'asseoir sa légitimité sur l'occupation mais de faire subir aussi au peuple marocain l'oppression.

Ce congrès avait pour objectif de trouver les chemins pour sortir de l'impasse. Le Président de la République et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a appelé la communauté internationale à assumer ses responsabilités en faisant appliquer le droit à l'autodétermination et à l'indépendance qui sont non-négociables. Il a rappelé que le Front Polisario utilisera tous les moyens permis par la légalité internationale pour imposer les droits du peuple saharaoui. Il a exhorté le secrétaire général de l'ONU à nommer sans tarder un nouvel émissaire  afin de compléter les efforts de son prédécesseur. Faute de quoi, la reprise de la lutte armée pourrait constituer une pespective.

Alors que l'Afrique du Nord connaît une période de forte instabilité, que des mécanismes de fragmentations sont à l'oeuvre, que l'autoritarisme brime l'aspiration démocratique des peuples, la France doit changer radicalement de politique au Sahara occidental afin de faire prévaloir une paix juste et respectueuse du droit des peuples. Les Sahraouis forment un peuple pacifique qui font vivre une démocratie moderne respectueuse du droit international. Ils sont un atout pour la stabilité et la coopération régionale. Face aux défis sécuritaires comme le terrorisme, les trafics humains et de drogue, la France ne peut s'appuyer sur le Maroc. Ce pays est l'un des premiers producteurs de drogue au monde et ce trafic qui se structure autour de bandes criminelles  et d'organisations terroristes ne fait l'objet d'aucune sanction, n'est jamais inquiété voire protégé.

Le Parti communiste français a rappelé sa solidarité pleine et entière avec le peuple sahraoui. Il
considère que le blocage actuel est avant tout politique et qu'il s'agit de mobiliser avec plus de force les opinions publiques pour que la France réponde à la main tendue par le Front Polisario pour imposer une paix durable.

Pascal TORRE
responsable-adjoint du secteur international du PCF
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient

 

1Pascal TORRE, responsable-adjoint du secteur international en charge du Maghreb et du Moyen-Orient représentait le PCF.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.