Accueil
 
 
 
 

29 novembre: Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien "La France doit exiger la protection internationale du peuple palestinien"

 

En ce 29 novembre, journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien organisée par l’ONU, le Parti communiste français (PCF) alerte une nouvelle fois sur l’urgence et la gravité de la situation dans les territoires palestiniens et sur la nécessité d’agir en faveur d’une solution politique pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

Le PCF appelle les citoyen·e·s, ses militant·es et élu·e·s à se mobiliser le 29 novembre pour l'exigence d'une action immédiate de la France pour une paix juste et durable, dont la reconnaissance par la France de l’État palestinien dans les frontières de 1967, aux côtés d'Israël et avec Jérusalem-Est pour capitale, donnerait le signal tant attendu.

 

***

 

La France doit exiger la protection internationale du peuple palestinien

«La France déplore…», «la France condamne…», «la France rappelle le droit...», mais quand la France va-t-elle enfin agir pour que le peuple palestinien soit placé sous protection internationale?

Pendant ce temps, la situation s’aggrave.

Cette semaine les bombardements israéliens sur Gaza, où la population vit dans une prison à ciel ouvert, ont repris ajoutant de nouvelles victimes aux dizaines de morts déjà comptabilisés depuis le début du mois de novembre.

Au même moment, le gouvernement israélien a expulsé le directeur de l’organisation Human Rights Watch pour Israël et les territoires palestiniens, Omar Shakir, pour son soutien à la campagne de «boycott, désinvestissement, sanctions» (BDS).

Et, toujours cette semaine, un nouveau prisonnier politique palestinien est mort dans les geôles israéliennes suite au manque délibéré de soins médicaux.

Alors que les États-Unis avaient déjà unilatéralement déclaré Jérusalem "capitale d’Israël"  ainsi que la souveraineté israélienne sur le Golan au mépris des résolutions et des Accords d'Oslo, Washington a maintenant annoncé ne plus considérer, pour sa part, comme illégales les colonies israéliennes installées en Cisjordanie et vient ainsi de se placer lui-même hors du cadre légal international.

Les réactions des Nations unies et de quelques pays européens, dont la France, sont une nouvelle fois insuffisantes. Il y a urgence!

En soutien à B. Netanyahou, les États-Unis  accélèrent la mise en œuvre de leur «deal» qui consiste à ne reconnaître qu'un seul État gouverné par l’extrême droite israélienne, excluant de fait les Palestiniens et niant leur droit à vivre en paix dans leur propre État souverain, indépendant et démocratique.

Le gouvernement français doit faire preuve de courage politique et reconnaître l’État de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, comme l’ont déjà fait les deux chambres du Parlement il y a maintenant cinq ans. La France doit agir concrètement pour l’arrêt immédiat du blocus criminel de Gaza et de la colonisation de la Cisjordanie.

Sans attendre, la France doit cesser sa coopération militaire avec Israël et œuvrer à la suspension de l’accord UE-Israël tant que Tel Aviv ne respectera pas ni les droits humains ni les résolutions des Nations unies.

En France, le gouvernement est maintenant tenu de mettre en œuvre l’étiquetage des produits issus des colonies israéliennes en territoires palestiniens, comme l’a réaffirmé récemment la Cour de justice de l’Union européenne. En outre, les entreprises françaises doivent rompre toutes relations d’affaires, commerciales ou financières avec ces colonies.

Le Parti communiste français (PCF) rappelle que de la paix entre Israéliens et Palestiniens dépend le respect du droit au retour des réfugiés, qui est un droit inaliénable appartenant à chaque Palestinien, ainsi que la libération de l’ensemble des prisonniers, au nombre de près de six mille hommes, femmes et enfants, parmi lesquels des membres du Conseil législatif palestinien, dont Marwan Barghouti et Khalida Jarrar.

Le Parti communiste français – avec ses militant·e·s, ses élu·e·s et parlementaires – sera toujours aux côtés des Palestiniens pour exiger le respect de leurs droits et aux côtés des forces progressistes israéliennes qui luttent contre la mise en place d'un État d’apartheid, la poursuite de la colonisation, l’occupation coloniale et le soutien aux colons porté par le gouvernement israélien d’extrême droite.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.