Accueil
 
 
 
 

Non aux expulsions vers l’Afghanistan (PCF)

La commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale a discuté de l'accord dit de «partenariat et de développement»  entre l’Union européenne et l’Afghanistan.

Cet accord décrit des conditions de vie terribles, en particulier pour les femmes (87% des femmes afghanes feraient l’objet de violences sexistes), une production d’opium en hausse de 63% nourrissant les trafics et la violence, les attentats qui continuent … et pourtant un paragraphe sur les migrations permet de définir ce pays comme «un pays sûr» et autorise le retour des réfugiés, donc les expulsions forcées de France.

Le texte de l’accord dresse pourtant un constat catastrophique sur les capacités à accueillir les retours des réfugiés de la part de l’Etat afghan. Le Global Peace Index 2019, publié ce jour, place l'Afghanistan au rang de pays "le moins pacifique du monde", détrônant, pour la première fois depuis 2014, la Syrie sur ce triste podium.

La qualification de «pays sûr» est par conséquent proprement inadéquate et permet de concevoir un accord de partenariat et de développement en le conditionnant aux retours des migrants, ce qui est inacceptable.

Le 16 octobre 2017, le Défenseur des droits avait déjà alerté la France sur la «folie» de la politique d’externalisation des frontières de l’Union européenne qui encourage les Etats à accélérer le retour forcé d’Afghans. Il demandait même au gouvernement de suspendre l’application de l’accord Union européenne-Afghanistan. Et pourtant la discussion continue!

Le Parti communiste français (PCF) demande instamment au gouvernement de surseoir aux expulsions de réfugiés afghans et souhaite rappeler au président Macron que la France est signataire des textes internationaux qui protègent toute personne en danger dans son pays.

Le PCF appelle à la fraternité et l’hospitalité et à la mobilisation aux côtés d’Amnesty International et la Cimade pour obtenir un moratoire sur les expulsions des réfugiés afghans.

Parti communiste français,
Paris, le 13 juin 2019

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.