Accueil
 
 
 
 

Sahara occidental: Après la démission de l'émissaire de l'ONU, la France et l'Union européenne doivent prendre une initiative de paix

L'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Kohler, vient d'annoncer sa démission. En fonction depuis 2017, son action avait permis de rétablir le dialogue entre le Front Polisario, le Maroc, l'Algérie et la Mauritanie.

Depuis 1975, le Maroc a annexé et pille en toute illégalité cette région riche en phosphate et en eaux poissonneuses bloquant toute solution politique à cette occupation coloniale. Cette prédation est encouragée par l'Union européenne qui, en violation de sa propre législation, vient de donner son feu vert à une extension au Sahara occidental de l'accord d'association qui l'unit au Maroc.

Avec l'appui et la connivence de parlementaires européens, Rabat se voit confortée dans son intransigeance lui offrant l'opportunité de poursuivre sa politique répressive et de bloquer l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Les parlementaires, les députés européens communistes demeurent sans ambiguïté au côté du Front Polisario, véritable force de paix, dans un Maghreb qui connaît une recrudescence dangereuse des tensions.

La France et l'Union européenne doivent dans ce nouveau contexte prendre une initiative qui s'inscrit dans le sillage de l'ONU: abroger l'accord d'association UE/Maroc et peser pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Le Parti communiste français (PCF) est dans ce combat aux côtés du peuple sahraoui pour la paix.

Parti communiste français,
Paris, le 24 mai 2019

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.