Accueil
 
 
 
 

Stopper l'escalade guerrière américaine au Moyen-Orient

Depuis le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, Washington a déployé un ensemble de sanctions draconiennes contre Téhéran qui visent à asphyxier financièrement et à mettre à genou le régime. Fin avril, la politique de "pression maximale" a atteint son apogée avec la fin des exemptions sur la vente de pétrole. Donald Trump orchestre la surenchère militaire en envoyant un nouveau porte-avions, des bombardiers B52 ainsi que de missiles Patriot. Le personnel diplomatique américain de Bagdad a reçu l'ordre d'évacuer la capitale irakienne. Les provocations se multiplient comme le prétendu sabotage de quatre pétroliers saoudiens ainsi que la destruction d'installations pétrolières par des drones houthistes près de Riyad.

Cette escalade peut provoquer un terrible engrenage funeste dans un Moyen-Orient exsangue par des guerres récurrentes et des régimes autoritaires qui n'ont eu de cesse de briser toutes les aspirations démocratiques des peuples de la région.

Cette fuite en avant des Etats-Unis, encouragée par les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite et Israël, masque mal la double impasse dans laquelle se trouve Washington. A ce jour, les menaces de D. Trump n'ont guère eu d'effets sur le régime iranien qui ne fléchit pas et résiste en attendant des jours meilleurs. Le guide suprême, Ali Khamenei, n'entend pas renégocier l'accord sur le nucléaire que Téhéran respecte encore ni remettre en cause sa politique milicienne dans la région. Le président américain n'est pas parvenu non plus à entraîner derrière lui les autres pays signataires de l'accord sur le nucléaire. De leur côté, l'Inde, la Chine, la Russie, la Corée du Sud... s'inquiètent des conséquences déstabilisatrices pour l'économie mondiale de ces sanctions qui risquent d'accentuer les tensions commerciales.

Dans ce contexte, la militarisation de la société iranienne s'esquisse sous la bannière des forces conservatrices qui accentuent la répression contre les forces démocratiques et les Kurdes. Ce raidissement trouve son fondement dans le profond mécontentement d'une population qui condamne les politiques néolibérales, la corruption, la captation de la rente foncière par les dignitaires du régime, le puritanisme de façade des mollahs, les inégalités, l'exclusion des femmes ainsi que l'absence de liberté d'expression.
Par cynisme, D. Trump entretient aussi cette tension afin de donner des gages à sa base électorale et stimuler les ventes d'armes pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel. Un statu-quo risque de s'installer chaque jour plus périlleux.

La France et l'Union européenne doivent tirer toutes les conséquences de ces périls en cessant de s'aligner sur la volonté hégémonique des Etats-Unis à contre-courant de l'Histoire
Le Parti communiste français condamne cette politique de sanctions qui accentue la souffrance du peuple iranien. Il appelle la France et l'Union européenne à ne pas céder aux injonctions de D. Trump en n'appliquant pas les sanctions, en maintenant leur engagement en faveur de l'accord sur le nucléaire afin d'entraver les préparatifs guerriers que les peuples américains, iraniens et du Moyen-Orient rejettent.

Pascal TORRE
responsable-adjoint du secteur international du PCF
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.