Accueil
 
 
 
 

Inacceptable ingérence marocaine dans la programmation culturelle de l'IMA

Une nouvelle fois l'ambassadeur du Maroc a exercé des pressions considérables pour obtenir, avec succès, la déprogrammation de la chanteuse sahraouie Aziza Brahim à l'Institut du monde arabe (IMA). De telles pratiques sont inacceptables et traduisent l'implacable détermination du roi Mohamed VI de bloquer tout processus de paix et tout référendum d'autodétermination du Sahara occidental occupé.

Le gouvernement français s'est rendu complice du pouvoir marocain pour tenter d'étouffer l'une des plus belle voix d'Afrique du Nord qui chante la résistance à l'oppression, incarne la tragédie, les espoirs, les luttes et l'exil de son peuple. C'était sans compter sur la détermination de tous les amis de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en France, puisqu'Aziza Brahim s'est produite le 26 avril dans une salle parisienne comble, pour entendre ces merveilleux chants de paix.

Le Parti communiste français (PCF) était présent et a fait part au représentant de la RASD de son indignation face à ces atteintes à la liberté d'expression et a rappelé sa solidarité avec le peuple sahraoui.

Parti communiste français,
Paris, le 29 avril 2019

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.