Accueil
 
 
 
 

La solidarité internationale, l'indéfectible espoir des Palestiniens

Le 9 avril avaient lieu les élections législatives israéliennes. Le résultat est sans appel, la droite et l’extrême droite ont raflé 80 % des suffrages et Netanyahou va organiser un gouvernement en s’alliant avec les plus extrêmes. Il a d’ailleurs annoncé la couleur: l’annexion pure et simple de toutes les colonies en Cisjordanie occupée et l’accaparement de la zone C. C’est un État d’apartheid qu’il entend institutionnaliser avec le vote de la loi État-nation et comme c’est déjà le cas en Cisjordanie occupée.

Pierre Laurent, sénateur et président du Conseil national du PCF, et Mathilde Caroly, responsable du collectif Pour une paix juste et durable du PCF, ont participé quelques jours plus tôt à une délégation d’une quarantaine d’élus organisée par l'AJPF (Association pour le jumelage des camps palestiniens avec des villes françaises).

En Israël, ils ont rencontré Dov Khenin, encore député communiste de la Joint List, qui fait partie de ceux qui en Israël se battent encore pour « un État de tous ses citoyens ».
 

En Palestine, leurs différentes rencontres leur ont permis de constater la dégradation de la situation des Palestiniens, la violence à laquelle ils sont continuellement confrontés. A Deisheih, ils ont rendu hommage à la mémoire d’un jeune secouriste assassiné quelques jours plus tôt par l’armée israélienne. Le jour de leur départ, ils apprenaient qu’un nouvel assassinat avait été commis au camp de Qalandia où ils avaient été reçus.

 

Bassem Sahli, secrétaire général du Parti du peuple palestinien (PPP), Nabil Chaat, ancien ministre, Walid Assaf, ministre, Mustapha Barghouti, tous nous ont alertés sur les dangers qui peuvent conduire au désespoir.

Les Palestiniens, qui se sentent chaque jour un peu plus abandonnés par les gouvernements, mettent tous leurs espoirs dans la solidarité internationale de la société civile.

Le PCF poursuit son engagement dans la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) initiée par la société civile palestinienne en insistant sur le volet sanctions qui pourrait se concrétiser par une large campagne sur l’embargo des armes pour que la France cesse d’être complice de l’armement du colonialisme.

Netanyahou, soutenu par Trump, manifeste clairement, en bafouant le droit international, son refus de la justice et de la paix. Le PCF appelle donc Emmanuel Macron et son gouvernement à ne plus se contenter de mots et à affirmer enfin leur volonté de soutenir une paix juste et durable respectant les droits nationaux du peuple palestinien en reconnaissant l’État de Palestine maintenant.

L'Europe a aussi son rôle à jouer. Le PCF continue à exiger que l’accord d’association Union européenne-Israël soit suspendu tant que la politique israélienne ne sera pas conforme au droit international.

Mathilde Caroly
membre de la commission des relations internationales du PCF
responsable du Collectif pour une paix juste et durable
entre Palestiniens et Israéliens du PCF
article publié dans CommunisteS du 17 avril 2019
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.