Accueil
 
 
 
 

Brexit : les intérêts des peuples doivent être défendus (PCF)

Les députés britanniques ont massivement rejeté les conditions de l'accord de divorce avec l'Union européenne conclu par Theresa May.

La démagogie, alliée aux basses manœuvres parlementaires en tous genres, du gouvernement conservateur de Theresa May, entraîne le Royaume-Uni dans le chaos politique et ouvre la porte à de nouvelles régressions pour les peuples britannique et européens. May n'a visiblement plus de légitimité pour négocier un accord de sortie de l'UE.

Les conservateurs britanniques sont dans la surenchères en exigeant un Brexit dur, sans accord avec l'UE, pour aller plus loin dans la libéralisation de leur économie.

Les premières victimes du chaos que connait la Grande Bretagne risquent d'être les travailleurs et les classes moyennes. Beaucoup d'entre eux ont été trompés par les mensonges éhontés des promoteurs du Brexit -qui leur promettaient des économies de 350 millions de Livres par semaine destinées à renforcer la sécurité sociale ! Leurs aspirations légitimes à voir respecter la souveraineté populaire ont, en outre , été dévoyées par des nationalistes sans scrupule. En l'absence d'accord avec l'UE, ces forces ultra réactionnaires ont pour objectif de transformer la Grande-Bretagne en un paradis fiscal géant pour tenter de préserver les intérêts de la City.

Le Brexit ne doit pas être utilisé comme prétexte pour de nouvelles régressions sociales et de nouvelles atteintes aux droits. C'est pourquoi tout doit être mis en oeuvre pour obtenir un accord entre la Grande Bretagne et l'Union Européenne permettant d' assurer les droits sociaux du peuple britannique, des Européens installés au Royaume-Uni et des Britanniques installés en Europe. Nous relayons ici la voix des britanniques qui craignent pour leurs emplois et leur qualité de vie alors que la pauvreté explose au Royaume-Uni. Nous nous inquiétons des régressions en matières environnementales ou de protection des consommateurs.

Le PCF réaffirme en outre que les dispositions de l'Accord du Vendredi-Saint doivent être respectées intégralement et sans condition afin d'assurer les droits du peuple irlandais. A défaut, face au risque d'un Brexit sans accord, l'option d'un scrutin sur l'unité de l'Irlande serait posée.

Enfin, il est de la responsabilité du gouvernement français et de l'UE qu'ils permettent que les conditions d'un accord de retrait du Royaume-Uni soient réellement examinées en tenant compte des décisions prises au Royaume-Uni par les représentants des peuples concernés et qu'ils prennent enfin toutes les mesures nécessaires pour protéger les emplois et les secteurs économiques menacés par le Brexit, comme c'est le cas par exemple dans le secteur de la pêche. Les corridors maritimes avec l'Irlande doivent intégrer les ports français.

Le Brexit et le chaos qu'il provoque soulignent l'impérieuse nécessité de faire émerger une autre logique pour l'Europe. Elle ne doit plus être un drapeau pour une fuite en avant néolibérale au service de la finance, mais au contraire un outil pour aligner vers le haut les conquêtes sociales et démocratiques qui respecte la souveraineté des peuples.

Parti communiste français
Paris, le 16 janvier 2019

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.