Accueil
 
 
 
 

Maroc : nouvelle vague répressive

Après avoir brutalement réprimé le large mouvement populaire et pacifique du Rif, le gouvernement marocain vient de condamner plusieurs jeunes à de lourdes peines de prison. Il leur est reproché d'avoir manifesté contre la mort d'une jeune étudiante tuée par des tirs de l'armée marocaine en septembre 2018 alors qu'elle tentait de gagner clandestinement l'Espagne. Ce crime avait suscité une vague d'indignation. Sous la pression de l'Union européenne, les migrants notamment subsahariens sont refoulés ou arrêtés. La répression n'a jamais atteint une telle intensité pour les éloigner de la frontière conformément aux voeux de l'UE dans la gestion des migrants.

Le Parti communiste français (PCF) condamne la répression croissante qui frappe au Maroc les forces démocratiques du Rif et celles qui expriment leur solidarité avec les migrants. Il réaffirme le droit intangible à la libre circulation et la nécessité d'ouvrir des voies légales et sécurisées d'entrée en Europe. Notre responsabilité est d'accueillir dignement les migrants dans le respect des droits internationaux et des conventions des droits de l'enfant.
Le PCF proteste contre le choix cynique d'organiser la Conférence mondiale de la migration au Maroc en décembre 2018. Il appelle à faire de cette période un grand moment de solidarité avec les migrants et appelle la France à proposer des solutions politiques aux questions migratoires qui sortent de la repression ou du silence!

Parti communiste français,
le 26 octobre 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.