Accueil
 
 
 
 

Pas d'habitants de seconde zone dans l'Union européenne: contre la politique discriminatoire du gouvernement du gouvernement letton envers les "non-citoyens"

Le gouvernement conservateur letton vient de lancer une série de mesures vexatoires à l'encontre des "non-citoyens", qui sont des résidents permanents dans le pays, qui y paient leurs impôts, mais qui n'ont ni passeport letton, ni droit de vote. Ils représentent en Lettonie 12% de la population. Les russophones en constituent les deux tiers, mais on trouve également des Biélorusses, des Ukrainiens, des Polonais et des Lituaniens. L'Estonie, où les non-citoyens recouvrent 6% de la population, a pris des mesures en 2016 pour abolir, à terme, ce statut.

Alors que le gouvernement letton brandit la question historique comme prétexte, la raison réelle de la permanence de ce statut discriminatoire dans un pays membre de l'Union européenne est politique. La droite lettone craint de perdre le pouvoir qu'elle occupe, dans des cadres divers de coalition, depuis l'indépendance. Elle instrumentalise cette question pour exacerber l'agitation nationaliste dans le pays dans la perspective des élections législatives qui auront lieu le 6 octobre prochain.

Récemment, le gouvernement letton a annoncé vouloir renforcer la lettonisation de l'enseignement dans les écoles russophones du pays d'ici 2021.

Surtout, alors que les non-citoyens ont adressé une pétition au Parlement européen afin qu'il leur soit accordé le droit de vote aux élections européennes de 2019, le président du Congrès des non-citoyens de Lettonie, Alexandre Gaponenko, a été arrêté par la police de Sécurité d'Etat, le 20 avril dernier, accusé de menées "subversives".

Le PCF demande:

  • la libération immédiate d'Alexandre Gaponenko;
  • le fait que l'Union européenne prenne à bras le corps le problème des non-citoyens. Son maintien dans un pays de l'UE est inacceptable et indigne. Il est nécessaire de mettre fin à ce statut d'habitants de seconde zone de l'Union européenne, en leur assurant dans un premier temps, comme le recommandent le Conseil de l'Europe et l'OSCE, les mêmes droits que les citoyens de plein exercice et des procédures de naturalisation facilitées. Leur accorder le droit de vote aux élections locales et européennes serait un premier pas important.

Parti communiste français
le 7 mai 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.