Accueil
 
 
 
 

Affaire Skrypal : la France doit faire entendre sa voix originale

La crise diplomatique majeure entre le Royaume-Uni et la Russie à propos de l’affaire Skrypal et d’autres décès considérés comme suspects s’inscrit dans une longue suite de crises successives entre l’Europe et Moscou. Emmanuel Macron a déclaré « annoncer dans les prochains jours les mesures » qu’il compte prendre, et affiche avec Berlin, Londres et Washington un bloc atlantiste sur cette question.
 
Si toute la lumière doit être faite concernant l’affaire Skrypal, Macron commettrait une faute politique lourde s’il annonçait des sanctions supplémentaires, assorties éventuellement d’expulsions de diplomates voire d’une suspension des rencontres bilatérales, comme vient de le faire le Royaume-Uni. Cela ne ferait que réjouir les ultranationalistes à Moscou, dans le contexte de l’élection présentielle russe, et s’inscrirait dans une logique de blocs mortifère.
 
La France doit rompre avec l’engrenage des sanctions et des contre-sanctions. Le PCF demande un changement de ligne diplomatique. Il soutient la levée des sanctions, qui ne solutionnent rien et encouragent les partisans d’une dégradation encore plus forte des relations entre l’Europe et la Russie, qui se font entendre à Moscou comme en Europe. Il appelle à la tenue d’une conférence diplomatique entre la Russie et les pays membres de l’Union européenne afin de mettre sur la table l’ensemble des éléments de tension et parvenir à un règlement global. Porter la proposition d’une seconde conférence d’Helsinki grandirait la voix de la France en Europe et dans le monde.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.