Accueil
 
 
 
 

Macron joue la provocation à Calais

En visite à Calais, le Président Macron s'est obstiné dans sa politique répressive et d'expulsion à l'égard de celles et ceux venus chercher refuge dans notre pays. Ces choix sont de plus en plus contestés par des centaines d'associations d'aide aux migrants, les syndicats, les partis politiques de gauche, l'Eglise de France et de plus en plus de citoyens.

Ils ne trouvent dans cette politique rien qui ne soit digne des devoirs de solidarité et d'humanité vis-à-vis de celles et de ceux fuyant la guerre et la misère.

Si les policiers ont reçu un satisfecit, les associations calaisiennes ont subi les foudres du Président. Ce sont pourtant grâce à elles que les exclus trouvent aide et réconfort depuis des années.

Enfin, le Président Macron a évité dans ses interventions les trous noirs de sa politique : le sort des mineurs isolés toujours plus nombreux, les "dublinés" victimes d'un accord européen leur fermant toute solution, les déboutés du droit d'asile, l'avenir des accords du Touquet entre la France et la Grande Bretagne, véritable barrage policier du passage en Angleterre qui fait la fortune des passeurs et des morts chez les jeunes migrants, de véritables centres d'accueil qui ne deviennent pas des réservoirs à expulsion avec la circulaire du 12 décembre, des coopérations véritables, utiles au développement des pays d'origine.

Le PCF, ses parlementaires, ses élus locaux et ses militants sont engagés pour une autre politique migratoire et des mesures d'urgence pour les migrants : proposition de loi des députés et débat au Sénat sur le mineurs isolés, rédaction d'un Manifeste, dialogue avec les associations.

Rien n'est joué... Le Président Macron a la possibilité d'organiser une vaste consultation nationale sur cette question, pour établir une loi véritablement en faveur d'une politique migratoire solidaire, hospitalière et humaine.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.