Accueil
 
 
 
 

Plus que jamais : Pour une paix juste et durable !

Une délégation du Parti communiste français s’est rendue en Palestine du 26 octobre au 2 novembre*. Nous avions deux ambitions.

La première était de voir la réalité du terrain pour revenir en France en témoigner : La vallée du Jourdain est en zone C, zone sous contrôle total d’Israël. Tout est menacé de destruction. Malgré l’aide apportée par l’Union européenne, le gouvernement israélien détruit régulièrement les infrastructures et lâchement l’UE préfère reconstruire que de sanctionner ces actions et demander réparations. Le ministère de la résistance au Mur et à la colonisation s’est doté d’une politique structurée sur deux axes, juridique et social, qui permet aux populations de rester sur place pour s’opposer à cette occupation illégale.

Le camp d’Aida, avec sa clé géante à l’entrée du camp, symbole de la clé que les réfugiés ont emportée avec eux lors de la Naqba en 1948, nous rappelle une des principales revendications palestiniennes, celle du droit au retour, revendication soutenue par le PCF, puisque ce droit est inaliénable. Nous avons constaté les difficultés auxquelles sont confrontés ces réfugiés au quotidien pour l’éducation, le logement, la circulation, humiliation délibérée dont le but avoué est le départ des Palestiniens de leur terre. Jérusalem-Est doit être la capitale de l’État palestinien. Or dernièrement, une loi est en cours d’élaboration pour annexer les principales colonies qui encerclent la ville. Cette loi du « Grand Jérusalem » aurait pour conséquence de rendre impossible cette réalisation puisque les colonies dépendraient administrativement de la municipalité de Jérusalem. Même les États-Unis ont mis le holà, considérant qu’une telle loi « démontrerait la mauvaise foi d’Israël à l’égard des Palestiniens et jetterait un doute sur l’engagement d’Israël en faveur d’un accord négocié ». Cet été, Netanyahou a dû renoncer à son projet pour contrôler l’accès à l’Esplanade de mosquées, cette victoire a été remportée par une société palestinienne soudée et solidaire.

La deuxième ambition était d’apporter notre soutien au combat de nos amis palestiniens, notamment sur la question des prisonniers, en rencontrant la famille de Salah Hamouri et la femme de Marwan Barghouti, Fadwa, mais aussi à nos camarades de lutte du PPP, Parti du peuple palestinien, et du PCI, Parti communiste israélien. Nous avons abordé la réconciliation en cours entre le Hamas et l’OLP. Cette réconciliation est un espoir et une nécessité, elle doit être soutenue par l’ensemble de la société civile palestinienne. Elle serait un danger pour Israël qui ne pourrait plus se cacher derrière l’argument récurant qu’ils n’ont pas d’interlocuteurs dans le processus de paix. Nous avons aussi réaffirmé notre engagement dans la campagne internationale BDS, boycott, désinvestissement, sanctions, en particulier au travers la campagne pour la suspension de l’accord d’associations entre l’Union européenne et Israël.

À Tel Aviv, avec Éphraïm Davidi du PCI, nous avons pu constater à quel point le gouvernement israélien montre son vrai visage en imposant une colonisation qui bafoue le droit international et dégrade la situation sociale des Israéliens. Il a insisté sur la schizophrénie de la société israélienne qui majoritairement se dit souhaiter la paix avec les Palestiniens mais vote pour une politique qui s’oppose de plus en plus clairement à la réalisation des droits nationaux des Palestiniens.

En Palestine, la situation se dégrade chaque jour, des menaces pèsent sur chaque Palestinien. Nous ne pouvons nous contenter d’exprimer notre révolte, notre indignation. Notre pression sur la France, sur l’UE ne doit pas se relâcher. Nous ne pouvons accepter plus longtemps ce silence indigne !

Mathilde Caroly
Collectif PCF Palestine
article paru dans Communistes du 8 novembre 2017

 

*UNE DÉLÉGATION DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS S’EST RENDUE EN PALESTINE

Composée de Julien Attal, secrétaire de section de Saint-Denis (93), Mathilde Caroly, maire-adjointe de Saint-Denis et membre du collectif Palestine, Colette Gergen, secrétaire départementale des Yvelines, Camille Lainé, secrétaire générale du MJCF, Méline Le Gourriérec et Nathalie L’Hopitault, membres du collectif PCF Palestine, accompagnés de Taoufiq Tahani, président d’honneur de l’AFPS (en photo la délégation avec les parents de Salah Hamouri, 1er novembre 2017).

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.