Accueil
 
 
 
 

Délinquants-solidaires : la fête de l’Humanité, agora de la solidarité

Tous les trois sous le coup de condamnations judiciaires pour avoir tendu la main à nos semblables venus d’Afrique ou du Moyen-Orient pour fuir les armes, la maltraitance ou la misère, Cédric Herrou, Pierre-Alain Mannoni, Laurent Caffier étaient, à la fête de l’Humanité, les invités de la première soirée de l’Agora de l’Humanité dédiée aux « délinquants-solidaires ». À leurs côtés, Sophie Rahal, porte-parole de SOS Méditerranée, la seule ONG à continuer de sauver des vies au large des côtes libyennes avec son navire, l’Aquarius. Mireille Damiano, avocate, ex-présidente du syndicat des avocats de France, menacée de mort pour son acharnement à faire respecter les droits des exilés, est également venue témoigner de son combat. Jean-François Corty, responsable des missions internationales de Médecins du monde, et Marie-Christine Vergiat, eurodéputée du Front de gauche, ont également répondu présent à l’invitation de l’Humanité. Sur la côte d’Opale, dans la vallée de la Roya, au large des côtes libyennes et à Bruxelles, ils font quotidiennement face aux harcèlements de l’extrême droite et aux logiques sécuritaires qui guident les dirigeants européens. A bien des égards, en plus de sauver des vies, leur combat sauve notre commune humanité. Mais quelle perspective politique donner à l’élan de générosité populaire, en France et en Europe, dont tous témoignent ? Répondre à cette question c’est entrer dans une bataille cruciale qui dénonce la crise de l’accueil délibérément mise en oeuvre par les grandes puissances européennes, quand leurs dirigeants, eux, n’ont de cesse d’évoquer une « crise migratoire » qui en réalité concerne plus les pays du sud que les contrées occidentales. C’est aussi orienter nos mobilisations contre la stratégie de domination des pays riches sur le reste du monde, dont la logique européenne d’externalisation de la gestion de l’asile devient l’un de ses fers de lance. Politique qui, à Calais, dans la vallée de la Roya ou au large des côtes libyennes, s’appuie sur la répression tous azimuts des militants solidaires qui s’y opposent.

Emilien Urbach,
journaliste chargé des questions migratoires au journal l’Humanité
article paru dans la LRI - Spécial Migrants, octobre 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.