Accueil
 
 
 
 

Migrants: pour sauver des vies, ouvrons des voies légales et sécurisées vers l'Europe

En cinq mois, selon l'Organisation internationale des migrations, 2 606 femmes, hommes et enfants ont perdu la vie en voulant rejoindre l'Italie par la traversée de la Méditerranée depuis la Libye.

Ces tout derniers jours, par contre, 10 000 personnes ont pu être secourues grâce à l'intervention de navires affrétés par des associations comme SOS Méditerranée dont nous saluons l'engagement, mais aussi par quelques bateaux militaires ou encore des embarcations de la marine marchande en provenance d'Espagne, d'Italie, de Malte. Cette solidarité qui a permis de sauver des milliers de vies devrait être mieux connue et les acteurs de ces interventions honorés et soutenus dans leur action.

L'augmentation du nombre des victimes noyées en mer, parmi lesquelles de nombreux enfants, fait craindre que 2017 ne soit une année particulièrement meurtrière puisque la voie de passage terrestre par l'Europe centrale est maintenant close par les autorités de plusieurs pays européens.

Cette situation ne fait que multiplier les risques de nouvelles et nombreuses victimes et doit conduire l'Union européenne et ses États membres, en particulier les États riverains, à prendre des mesures exceptionnelles de sauvetage et de sécurisation, pour les migrants, des voies de migration respectant les conventions internationales.

Car ces femmes et ces hommes, s'ils fuient la guerre et leurs terres de misère, fuient aussi les violences en Libye où les exécutions, les tortures, les viols, les extorsions sont monnaie courante. Cette même Libye, pays en guerre, avec qui l'UE et ses États membres dont la France ont signé lors du dernier sommet européen de Malte un accord pour financer l'ouverture de camps de rétention pour les migrants sur le sol libyen.

Aussi abject que contraire aux droits humains, ce nouvel Accord de la honte, après celui conclu avec la Turquie, pousse encore et toujours les migrants à risquer leur vie sous la coupe des trafiquants.

La seule réponse politique efficace est pour l'UE d'ouvrir des voies de passage légales et sécurisées qui mettraient un coup d'arrêt aux tragédies quotidiennes en mer et au commerce ignoble des trafiquants.

Le Parti communiste français renouvelle l'exigence de la mise en œuvre d'une véritable politique d'accueil pour ces femmes et hommes venus chercher protection en Europe, en ouvrant de nouveaux centres d'accueil et d'orientation, et particulièrement en France, dans le département des Alpes Maritimes qui est, pour beaucoup d'entre eux, le premier contact avec la France. Elles et ils doivent y trouver les possibilités concrètes de déposer leur demande d'asile s'ils le souhaitent ou de poursuivre leur chemin de plein droit vers le nord de l'Europe. Les mineurs isolés étrangers doivent être mis sous la protection de l’État et des pouvoirs publics qui leur doivent assistance. L’État, l'administration préfectorale et les responsables politiques du département des Alpes Maritimes se doivent de mettre un terme à la scandaleuse "chasse" aux migrants et à tous les citoyens qui leur apporte secours, auxquels le PCF exprime son plein et entier soutien et sa totale solidarité.

Parti communiste français
Paris, le 31 mai 2017
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.